• Envoyer
  • Imprimer

Le conflit armé en Afghanistan a-t-il un impact sur les règles relatives à la conduite des hostilités ?

31-03-2011 Article, Revue internationale de la Croix-Rouge, No. 881, de Robin Geiss, Michael Siegrist

En Afghanistan, les frontières géographiques et temporelles du champ de bataille, ainsi que la distinction entre civils et combattants, sont de plus en plus floues. L’article s’attache à déterminer si le conflit armé asymétrique en Afghanistan a eu une incidence sur l’application et l’interprétation des principes de distinction, de proportionnalité et de précaution – qui sont au cœur des règles juridiques relatives à la conduite des hostilités.

Résumé

Le conflit armé en cours en Afghanistan depuis 2001 continue de soulever de multiples questions en rapport avec les règles humanitaires relatives à la conduite des hostilités. Comme cela se passe souvent dans les conflits dits asymétriques, les limites géographiques et temporelles du champ de bataille sont de plus en plus floues en Afghanistan, où l’on voit s’estomper toujours davantage la distinction entre civils et combattants. Le niveau de risque est donc élevé tant pour la population civile que pour les soldats opérant en Afghanistan. Le présent article vise à établir si – et, en ce cas, dans quelle mesure – le conflit armé en Afghanistan a une incidence sur l’application et l’interprétation des principes qui se trouvent au cœur des normes juridiques réglementant la conduite des hostilités, à savoir les principes de distinction, de proportionnalité et de précaution.

Biographie

Robin Geiss est professeur à la faculté de droit de l’Université de Potsdam, en Allemagne. Michael Siegrist, assistant de rédaction de la Revue internationale de la Croix-Rouge, est titulaire d’un master de l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains de Genève.


Pages associées