• Envoyer
  • Imprimer

Justice transitionnelle et sanction

30-06-2008 Article, Revue internationale de la Croix-Rouge, 870, de Eric Sottas

La justice transitionnelle vise à la fois à rendre leur dignité aux victimes, à instaurer la confiance entre les belligérants et à favoriser les changements institutionnels nécessaires à l'établissement de nouveaux rapports avec la population, afin de marquer le début de l'état de droit sans cautionner des pratiques qui donnent lieu à une impunité totale ou partielle. Néanmoins, en période d'après-conflit, les gouvernements ont aussi à répondre à d'autres besoins urgents, tels que le désarmement des forces armées, l'amélioration de la sécurité des civils, le dédommagement des victimes et le redressement de l'économie dans une société en ruine. Dans cet article, l'auteur examine le lien entre ces besoins et les mécanismes de la justice transitionnelle, et jette un regard critique sur l'incidence qu'ils ont eu sur les formes revêtues par la justice dans les situations d'après-conflit. (en français)

  Eric Sottas est co-fondateur et Secrétaire général de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), la principale coalition internationale d’ONG luttant contre la torture, qu’il dirige depuis sa création en 1985. De 1980 à 1985, il a collaboré au bureau du Secrétaire général de la CNUCED. De 1975 à 1985, il a dirigé, comme Secrétaire général, le Mouvement International des Intellectuels Catholiques. Précédemment, il avait collaboré au Service d’information tiers-monde à Berne. En 1986, il a reçu le prix français des droits de l’homme.    

   

        pdf file     Texte intégral      (145kb)    
  fichier PDF Aide