• Envoyer
  • Imprimer

Bangladesh : faits et chiffres 2012

25-02-2013 Faits et chiffres

Les activités du CICR au Bangladesh en 2012

En 2012, au Bangladesh, le CICR a :

Rétablissement des liens familiaux et recherche de personnes disparues

  • collecté et distribué 59 messages Croix-Rouge contenant des nouvelles familiales, en collaboration avec le Croissant-Rouge du Bangladesh ;
  • facilité la transmission de 76 messages oraux entre Bangladais détenus à l’étranger et leurs familles vivant au pays ;
  • contribué au rapatriement de cinq citoyens bangladais se trouvant à l’étranger et au retour de deux Népalais vers leur pays d’origine ;
  • procédé à une évaluation des capacités médicolégales et organisé trois séances de formation sur la gestion des dépouilles mortelles lors de catastrophes à l’intention des premiers intervenants.

Personnes privées de liberté

  • distribué, en coopération avec le Croissant-Rouge du Bangladesh, des vêtements et des assortiments d’articles d’hygiène à des ressortissants étrangers détenus au Bangladesh.

Santé

  • participé à la création d’un nouveau centre de réadaptation physique (Centre for the Rehabilitation of the Paralysed – CRP) à Chittagong ;
  • dispensé des formations et une assistance technique au CRP, notamment pour l’aider à fournir 354 orthèses et 35 prothèses pour 389 patients handicapés ;
  • permis au CRP de dispenser une formation professionnelle à six personnes handicapées ;
  • organisé, avec le Croissant-Rouge du Bangladesh, cinq cours de formation en premiers secours et d’un cours de « formation de formateurs » en premiers secours à l’intention de 123 membres des services de police et du Bataillon d’action rapide (Rapid Action Battalion) du Bangladesh.

Soutien au Croissant-Rouge du Bangladesh

  • aidé le Croissant-Rouge du Bangladesh à mener plusieurs campagnes de sensibilisation visant à mettre fin à l’usage abusif de l’emblème du croissant rouge ;
  • organisé un atelier pour 35 membres du personnel et volontaires du Croissant-Rouge du Bangladesh sur le Cadre pour un accès plus sûr, qui couvre notamment la prise en charge médicale d’urgence dans des situations de violence.

Promotion du droit international humanitaire

  • discuté avec les forces armées du Bangladesh de l’intégration du droit international humanitaire (DIH) dans leur programme de formation ;
  • organisé huit séances de sensibilisation au DIH pour 486 membres des forces armées du Bangladesh ;
  • dispensé deux cours de « formation de formateurs » pour 62 membres des forces armées du Bangladesh, dont 20 aumôniers militaires ;
  • organisé 25 séances de formation sur le DIH et le droit international des droits de l’homme, axées en particulier sur les principes fondamentaux régissant l’usage de la force et des armes à feu, pour 2 078 membres des forces de l’ordre des services de police et du Bataillon d’action rapide du Bangladesh ; quatre autres séances ont eu lieu pour 200 gardes-frontières du pays ;
  • organisé trois cours suivis par plus de 100 éducateurs, ainsi qu’une réunion à l’intention des doyens et des chefs de département de 23 facultés de droit, et soutenu financièrement cinq participants – législateurs, représentants du gouvernement, universitaires et membres des forces armées – pour leur permettre de prendre part à des conférences ou à des formations régionales sur le DIH ;
  • organisé des concours de plaidoirie afin de mieux faire connaître le DIH aux étudiants en droit ;
  • discuté avec les autorités de l’adhésion aux instruments de DIH, de leur ratification et de leur incorporation dans la législation nationale ;
  • organisé des activités de diffusion à l’université islamique de Kushtia, à l’université islamique de technologie, à l’université internationale islamique de Chittagong et à la fondation islamique du Bangladesh, afin de favoriser le dialogue sur la jurisprudence islamique et le DIH.