• Envoyer
  • Imprimer

Philippines : point sur les activités menées par le CICR en 2013 au profit des victimes du conflit armé et des catastrophes naturelles

05-03-2014 Faits et chiffres

Entre les ravages causés par les typhons Bopha (Pablo) et Haiyan (Yolanda) et l’éclatement de violences à Zamboanga, les problèmes humanitaires auxquels le CICR a dû faire face aux Philippines en 2013 ont été particulièrement lourds et complexes.

L’institution, en collaboration avec la Croix-Rouge philippine, son partenaire local, a lancé des opérations de secours de grande ampleur pour venir en aide aux survivants des catastrophes qui ont successivement frappé le pays, tout en poursuivant ses activités courantes en faveur des détenus et des communautés touchées par le conflit armé.

  

Aide aux victimes du typhon Haiyan

Aide aux victimes du typhon Bopha

Aide aux victimes du conflit armé à Zamboanga

Opérations courantes

 

 

Aide aux victimes du typhon Haiyan

 

Le CICR et la Croix-Rouge philippine installent des systèmes de distribution d’eau potable pour les populations déplacées qui ont été chassées de chez elles par le conflit armé et les catastrophes naturelles.  

Le CICR et la Croix-Rouge philippine installent des systèmes de distribution d’eau potable pour les populations déplacées qui ont été chassées de chez elles par le conflit armé et les catastrophes naturelles.
© CICR / B. Goris

Au début du mois de novembre 2013, le typhon Haiyan s’est abattu sur les Philippines, dévastant des villages, séparant des familles, faisant des milliers de morts et détruisant les moyens de subsistance de la population locale. Depuis, le CICR et la Croix-Rouge philippine s’emploient sans relâche à répondre aux besoins des communautés touchées de l’île de Samar.

Outre la poursuite des distributions de vivres, les deux organisations ont lancé des programmes de relèvement rapide dont l’objectif est de favoriser la restauration des moyens de subsistance, la construction d’abris et la remise en état des structures de santé et des systèmes d’approvisionnement en eau qui ont été endommagés.

Fourniture de secours d’urgence

  • Distribution de rations alimentaires d’une durée de quinze jours et d’articles ménagers à plus de 163 000 personnes, et de rations alimentaires d’une durée de trois jours à près de 60 000 personnes ;
  • Distribution d’eau, de vivres, de fournitures médicales et de bâches dans les lieux de détention touchés.

Renforcement de l’accès à l’eau potable

  • Approvisionnement de plus de 85 000 personnes en eau potable grâce à la mise en place d’usines de traitement de l’eau ;
  • Réparation du réseau d’approvisionnement en eau de Guiuan au profit de 32 000 personnes ; formation et appui technique au personnel des services des eaux de la ville.

Amélioration de l’accès aux soins de santé

  • Ouverture, en partenariat avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge de Norvège et de Finlande, de centres de soins d’urgence dans deux municipalités, qui ont permis la réalisation de 6 600 consultations, 180 interventions chirurgicales et 90 accouchements ;
  • Fourniture d’une assistance médicale à quatre hôpitaux, sept unités de soins rurales, et 50 postes médicaux de village (barangay) ; remise en état de six unités de soins rurales, deux hôpitaux de district et 32 postes médicaux de village (barangay).

Rétablissement des liens familiaux

  • Enregistrement de plus de 50 000 demandes de recherche à la suite du lancement du site web FamilyLinks ;
  • Rétablissement du contact entre 120 détenus et leur famille par l’intermédiaire de messages Croix-Rouge et de téléphones satellite mis à disposition par le CICR.

Haut de page 

Aide aux victimes du typhon Bopha

 

Dans les zones dévastées par les catastrophes naturelles mais également affectées par des décennies de conflit armé, le CICR aide les habitants à reconstruire leurs maisons. 

Dans les zones dévastées par les catastrophes naturelles mais également affectées par des décennies de conflit armé, le CICR aide les habitants à reconstruire leurs maisons.
© CICR / S. Velasco

En décembre 2012, le typhon Bopha a dévasté l’est de Mindanao, une région également touchée par le conflit armé, faisant plus de 900 blessés et entraînant la mort ou la disparition de plus de 1 800 personnes. Au cours des douze mois qui ont suivi, le CICR et la Croix-Rouge philippine ont lancé des opérations de grande ampleur pour venir en aide aux survivants des deux zones les plus durement touchées par le typhon, à savoir le Davao oriental et la vallée de Compostela.

Fourniture de secours d’urgence

  • Distribution de vivres à plus de 288 000 personnes ainsi que d’articles ménagers et de kits d’hygiène à 282 000 personnes ;
  • Distribution d’eau potable à près de 18 000 personnes dans le Davao oriental ;
  • Distribution de plus de 53 000 bâches et de 4 500 kits d’outillage au cours de la phase d’intervention d’urgence.

Restauration des moyens de subsistance

  • Mise en œuvre de projets « argent contre travail » auxquels ont participé près de 78 000 personnes ;
  • Fourniture de semences (semences potagères, semences de maïs et graines de piment) à quelque 402 000 personnes ;
  • Allocation d’aides en espèces à près de 400 pêcheurs et agriculteurs.

Amélioration de l’accès aux soins de santé

  • Ouverture dans le Davao oriental, avec le soutien de la Croix-Rouge du Japon, d’une unité de soins de santé primaires au profit de plus de 60 000 personnes ;
  • Fourniture de matériel médical à deux hôpitaux, cinq unités de soins rurales et un poste médical temporaire.

Construction d’abris

  • Construction de plus de 3 000 logements permanents pour les familles les plus vulnérables ;
  • Formation de près de 49 000 personnes aux bonnes pratiques de construction ;
  • Prise en charge partielle ou totale de la remise en état de 18 structures de santé endommagées ;
  • Aide à la réouverture de services de santé dans un hôpital de district du Davao oriental ;
  • Réparation de 14 systèmes d’approvisionnement en eau au profit de12 000 personnes.

 Haut de page

Aide aux victimes du conflit armé à Zamboanga

 

Le CICR s’emploie à renforcer l’accès des personnes déplacées à l’eau potable et à des installations d’assainissement.  

Le CICR s’emploie à renforcer l’accès des personnes déplacées à l’eau potable et à des installations d’assainissement.
© CICR / J. Maitem

En septembre 2013, la ville de Zamboanga, dans l’ouest de Mindanao, a été le théâtre d’affrontements entre des membres du Front moro de libération nationale (MNLF) et les forces gouvernementales. Les combats, qui ont duré trois semaines, ont fait de nombreux blessés et contraint plus de 100 000 personnes à quitter leur foyer. Sur le plan matériel, plus de 10 000 bâtiments et structures ont été endommagés ou incendiés.

Dès le début de la crise, le CICR et la Croix-Rouge philippine ont lancé des opérations de secours visant à fournir eau potable et soins de santé vitaux aux personnes déplacées. Les deux organisations poursuivent leur travail d’assistance, de nombreuses familles dépendant encore de l’aide humanitaire. Le CICR a également visité près de 300 personnes détenues pour des raisons liées au conflit.

Fourniture de secours d’urgence

  • Distribution de repas chauds à 146 000 personnes déplacées ; fourniture de vivres, d’articles ménagers et de kits d’hygiène à plus de 16 500 familles déplacées ;
  • Installation de 11 réservoirs d’eau souples pour assurer l’approvisionnement en eau potable de 78 000 personnes ;
  • Installation de 78 latrines dans deux centres d’hébergement ;
  • Fourniture de vêtements et d’articles d’hygiène aux personnes détenues pour des raisons liées au conflit.

Restauration des moyens de subsistance

  • Mise en œuvre de programmes « argent contre travail » (nettoyage des centres d’hébergement et installation des tentes collectives) auxquels ont participé près de 6 000 personnes déplacées ;
  • Allocation d’une aide financière à plus de 25 000 personnes.

Amélioration de l’accès aux soins de santé

  • Accompagnement de près de 19 000 personnes au sein de l’unité de soins de santé primaires ;
  • Réalisation d’une étude sur l’état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans ;
  • Prise en charge médicale de 60 détenus blessés et dons de matériel médical aux autorités.

 Haut de page

Opérations courantes

 

Le CICR aide la Fondation Jubilee de Davao à prendre en charge les victimes de la violence armée qui ont perdu un membre ou qui vivent avec un handicap.  

Le CICR aide la Fondation Jubilee de Davao à prendre en charge les victimes de la violence armée qui ont perdu un membre ou qui vivent avec un handicap.
© CICR / A. Madrazo

Aux Philippines, où il est actif depuis plus de 60 ans, le CICR concentre ses interventions dans les régions isolées qui souffrent de manière chronique des effets du conflit, comme cela arrive souvent dans le cas de conflits armés prolongés. Il met en place des programmes d’aide coordonnés, adaptés aux besoins des populations touchées, qui incluent l’accès à l’eau potable, la restauration des moyens de subsistance et la fourniture de services de santé.

Les interventions dans les lieux de détention sont au cœur des activités du CICR aux Philippines. L’institution travaille en coopération avec les autorités pour faire en sorte que les détenus bénéficient d’un traitement acceptable et que des mesures soient prises pour traiter les causes et les effets de la surpopulation.

Amélioration du bien-être des détenus

  • Contribution à l’amélioration de l’accès aux services de santé de 38 000 détenus dans 28 prisons à travers le pays ;
  • Renforcement du programme de lutte contre la tuberculose et traitement de près de 600 prisonniers atteints de tuberculose dans deux lieux de détention ;
  • Participation à la construction d’une clinique et d’un laboratoire sur le site de la prison de New Bilibid ainsi que d’un centre de soins médicaux et dentaires à la prison de Quezon City au profit de plus de 25 000 détenus ;
  • Rénovation de 14 prisons afin d’améliorer les conditions de vie de plus de 8 000 détenus.

Amélioration de l’accès aux soins de santé

  • Fourniture de matériel pour pansements et de médicaments essentiels à 23 hôpitaux dans des zones touchées par le conflit ;
  • Construction d’une clinique de physiothérapie au sein du centre de réadaptation physique de la Fondation Jubilee de Davao, qui a reçu plus de 200 patients en consultation et fabriqué 72 membres artificiels et orthèses.

Renforcement de l’accès à l’eau potable

  • Construction d’un réseau d’approvisionnement en eau de 33 kilomètres au profit de 15 000 personnes et d’un système de pompage à énergie solaire pour l’approvisionnement en eau de 700 personnes dans le nord de Cotabato ;
  • Réparation, à Surigao del Sur, du système d’approvisionnement en eau d’une communauté de 500 personnes ;
  • Construction, dans la province de Negros occidental, d’un système d’adduction d’eau par gravité qui assure l’approvisionnement en eau de 1 800 personnes.

Restauration des moyens de subsistance

  • Fourniture de semences et d’engrais à plus de 15 000 personnes touchées par le conflit dans la province de Negros occidental et le nord de Cotabato ;
  • Construction de moulins à grain au profit de près de 3 000 personnes dans le nord de Cotabato et à Surigao del Sur pour les aider à réduire leurs dépenses ;
  • Participation à la mise sur pied d’une usine de transformation de noix de coco au profit de 2 500 personnes de l’archipel de Sulu ;
  • Prise en charge des soins vétérinaires dispensés aux carabaos (buffles d’eau) précédemment distribués à des familles vulnérables dans le nord de Cotabato ;
  • Formation de plus de 2 200 personnes aux techniques agricoles et d’élevage.

Fourniture de secours d’urgence

  • Distribution de vivres, d’articles ménagers et de kits d’hygiène à plus de 20 000 personnes déplacées touchées par les combats qui ont opposé les forces gouvernementales à des groupes armés en juin et en octobre 2013 ;
  • Fourniture de vivres et de kits d’hygiène aux rapatriés/réfugiés de l’État de Sabah ainsi qu’aux victimes des inondations survenues à Maguindanao en août et aux rescapés du tremblement de terre ayant secoué le nord de Cotabato en juin.

Promotion du droit international humanitaire (DIH)

  • Organisation d’ateliers et de séances de formation au DIH à l’intention de groupes issus de la société civile, des forces armées et de la police ainsi que des autorités gouvernementales ;
  • Contribution, en tant que conseiller technique, à l’élaboration de la loi nationale sur l’utilisation et la protection de l’emblème de la Croix-Rouge (Republic Act 10530) ;
  • Organisation du concours national annuel de plaidoirie en DIH à l’intention des étudiants en droit ;
  • Renforcement du dialogue avec les médias à travers le concours de journalisme/photojournalisme humanitaire organisé par le CICR.

Soutien à la Société nationale de la Croix-Rouge

  • Contribution au renforcement des capacités d’intervention de plus de 300 volontaires de 22 antennes de la Croix-Rouge philippine situées dans des zones sujettes aux catastrophes naturelles, à la violence et aux affrontements armés.

Haut de page