• Envoyer
  • Imprimer

Bangladesh : faits et chiffres, janvier- aoû 2012

25-09-2012 Faits et chiffres

Entre janvier et août 2012, le CICR a :

  • collecté et distribué 40 messages Croix-Rouge contenant des nouvelles familiales, en collaboration avec le Croissant-Rouge du Bangladesh ; avec l’aide de la Société nationale, il a également facilité la transmission de 77 messages verbaux entre Bangladais détenus à l’étranger et leurs familles vivant au pays, ainsi que le rapatriement chez eux de six citoyens bangladais à partir de l’étranger et de deux Népalais vers leur pays d’origine ;
  • coopéré avec le Croissant-Rouge du Bangladesh à la distribution de vêtements et d’assortiments d’articles d’hygiène à des ressortissants étrangers détenus au Bangladesh ;
  • apporté assistance technique et aide à la formation aux services de réadaptation physique, ce qui a permis à 385 personnes handicapées de bénéficier de soins au Centre for the Rehabilitation of the Paralysed, et produit 480 orthèses et 20 membres artificiels pour 284 patients au total ;
  • soutenu le Croissant-Rouge du Bangladesh dans l’organisation d’une série de campagnes de sensibilisation destinées à mettre fin à l’usage abusif des emblèmes de la croix rouge et du croissant rouge ;
  • poursuivi son dialogue avec les représentants des forces armées du Bangladesh pour les encourager à incorporer les principes du droit international humanitaire (DIH) dans leurs programmes de formation ;
  • organisé quatre séances de diffusion du DIH, auxquelles ont participé 253 officiers et sous-officiers des forces armées du Bangladesh ;
  • organisé huit séances de sensibilisation au DIH et au droit international des droits de l’homme, axés en particulier sur les principes de base régissant l’usage de la force et des armes à feu ; 342 membres des forces de police du Bangladesh et 93 du Bataillon d’action rapide y ont assisté ;
  • organisé quatre séances de sensibilisation au DIH et au droit international des droits de l’homme, axés en particulier sur les principes de base régissant l’usage de la force et des armes à feu ; 200 membres des Border Guard Bangladesh (une importante force paramilitaire) y ont pris part ;
  • travaillé à promouvoir le droit international humanitaire dans les milieux universitaires, en organisant notamment trois ateliers de formation auxquels plus de 100 personnes ont participé, ainsi qu’une réunion à l’intention des doyens et des chefs de département de 23 facultés de droit, et en soutenant financièrement 5 personnes – législateurs, hauts fonctionnaires, universitaires et membres des forces armées – pour leur permettre de prendre part à des conférences ou des formations régionales sur le sujet ;
  • maintenu ses contacts avec les autorités pour les inciter à adhérer aux instruments de droit international humanitaire, à les ratifier et à les mettre en œuvre dans la législation nationale.