• Envoyer
  • Imprimer

Faits et chiffres : le CICR en Libye

19-11-2012 Faits et chiffres

Fait et chiffres concernant les activités du CICR menées en Libye entre janvier et début octobre 2012.

Visites aux détenus

  • Les délégués du CICR ont effectué 158 visites dans 75 divers lieux de détention dont des centres de rétention pour migrants en situation irrégulière, où plus de 11 100 personnes ont été détenues à un moment ou un autre. Au total, le CICR a visité individuellement 770 détenus. Un médecin du CICR a participé à 30 visites.
  • Près de 4 000 détenus ont reçu des articles de première nécessité (articles d'hygiène, matelas, seaux, vêtements, pantoufles et articles récréatifs).

Rétablissement et maintien des liens familiaux

  • Quelque 2 300 personnes ont contacté la délégation du CICR par téléphone ou personnellement pour demander des services humanitaires.
  • Au total, 462 nouvelles demandes de recherches ont été déposées au cours de la période considérée, dont certaines contenaient des allégations d'arrestation. Plus de 600 cas en suspens ont été résolus, dans la plupart des cas sans l’intervention du CICR. Fin août, 1510 demandes de recherches étaient encore en cours.
  • Le CICR a organisé plus de 750 appels téléphoniques entre membres de familles dispersées et l’échange de quelque 275 messages Croix-Rouge.
  • Près de 375 migrants d’un centre de rétention à Benghazi ont été mis en contact téléphonique avec leurs familles dans 19 pays grâce aux efforts conjoints du Croissant-Rouge libyen et du CICR.
  • La détention de quelque 330 ressortissants étrangers visités par le CICR a été notifiée, à la demande des détenus, aux représentations consulaires de leurs pays en Libye.

Identification du sort des personnes disparues

  • Le CICR a formulé des recommandations aux autorités libyennes sur des questions médico-légales à l’issue d’évaluations conjointes des lieux d’inhumation à Asaba, Ras Lanouf, Syrte et Wadi Rabia.
  • Le CICR a organisé quatre ateliers de formation sur les procédures médico-légales à l’intention d’équipes sur le terrain et de hauts responsables du ministère des Familles des martyrs et des disparus.

Eau et habitat

  • Le CICR a fourni une assistance d’urgence aux services des eaux locaux à Kikla et Gharyan, qui desservent 4 300 personnes déplacées et résidents touchés par les affrontements.
  • Le CICR a fait don de matériel non disponible sur le marché local aux services des eaux à Benghazi, Koufra et Misrata qui desservent plus de 100 000 personnes.
  • Les pompes d’évacuation des eaux usées livrées par le CICR à Ajdabiya ont bénéficié à 75 000 personnes.
  • Le CICR a fourni aux services des eaux à Kikla et Gharian du matériel pour rétablir l'approvisionnement en eau dans ces zones.
  • Le CICR a aidé le Croissant-Rouge libyen à isoler les abris dans un camp à Benghazi qui héberge 2 000 personnes déplacées.
  • Le CICR a amélioré l'approvisionnement en eau des centres de rétention de Gharyan, Benghazi (centre de Ganfouda) et Mourzouq en installant des réservoirs permettant le stockage approprié de l'eau potable et en reconnectant ces centres au réseau principal d'alimentation en eau de la ville. Des articles d'hygiène pour un mois ont également été distribués à quelque 2 500 migrants.
  • Le CICR a achevé la reconstruction d'une section endommagée de la prison d'Al-Kwayfiyah à Benghazi, ce qui améliore les conditions de vie de plus de 200 personnes détenues.

Secours d’urgence

  • Le CICR a fourni des secours alimentaires et autres à plus de 45 500 personnes déplacées dans les zones ci-après : Koufra, Rubiyana, Jalo et Ajdabiya, Djebel Naffousa, Tarhuna, Misrata, Dirj, Bani Walid, Wadi Mardoum, ZamZam, Gerarat Al-Qataf, Karrarim et Tripoli.
  • Plus de 3 000 migrants détenus dans le sud de la Libye ont reçu des vivres et autres articles essentiels.
  • Le CICR a mis 10 000 trousses d'hygiène à la disposition du Croissant-Rouge libyen à Tripoli, Misrata, Sabha et Benghazi aux fins de leur distribution en cas d'urgence.
  • Le CICR a dispensé une formation à l’évaluation de la situation d'urgence et aux secours à 35 volontaires et collaborateurs du Croissant-Rouge libyen.

Soins de santé et premiers secours

  • Le CICR a fourni des secours médicaux d'urgence à 52 structures de santé en Libye, dont du matériel en quantité suffisante pour traiter 300 patients blessés par arme (matériel de triage, articles de premiers secours, assortiments de pansements, médicaments d'urgence, sacs mortuaires) et des médicaments pour maladies chroniques à Urban pour faire face aux pénuries aiguës.
  • Suite aux affrontements à Zwara, Jmeil, Ragdaline, Sgeiga, Mizdah, Ghadamis, Koufra, Brak et Bani Walid qui ont fait plus de 250 morts et plus de 1 200 blessés, le CICR a aidé directement les structures de santé et services d'ambulance dans ces zones et leur a fourni des secours médicaux d'urgence. En sa qualité d'intermédiaire neutre, le CICR a évacué un total de 93 patients blessés par arme depuis ces zones en proie à la violence.
  • Quelque 240 personnes, dont 75 du Croissant-Rouge libyen, ont participé à des ateliers de trois jours sur les premiers secours. Onze chauffeurs du CICR à Tripoli ont participé à un atelier de deux jours sur les premiers secours.

Enlèvement des engins explosifs et sensibilisation à la menace qu’ils représentent.

  • Le CICR a procédé à l’enlèvement de quelque 11 000 engins non explosés et plus de 13 500 munitions pour armes légères.
  • Soixante volontaires de 19 branches locales du Croissant-Rouge libyen ont été formés à l'éducation au danger des mines par le CICR.
  • À Tripoli, un atelier de formation sur l'éducation aux risques a été organisé pour 25 membres du personnel du Conseil national de sécurité (l’équivalent de la défense civile dans d'autres pays).
  • Les activités d'éducation au danger des mines menées par le Croissant-Rouge libyen et le CICR (exposés et distributions de documents) ont bénéficié à quelque 30 500 personnes.
  • Les messages radio sur l'éducation aux risques ont été diffusés dans les zones touchées par des munitions non explosées (Koufra, Jufra, Syrte et Zwara).

Promotion du droit international humanitaire

  • Dix représentants de divers ministères libyens et deux universitaires de l’université de Tripoli ont suivi une formation sur le droit international humanitaire organisée par le CICR en coopération avec la Ligue arabe à Beyrouth et Abou Dhabi.
  • Un atelier sur le droit international humanitaire et son application en Libye a eu lieu à Benghazi à l’intention du parquet militaire dans l'est de la Libye.
  • Une table ronde a été organisée avec les forces armées libyennes sur l'intégration des règles du droit international humanitaire dans la législation nationale et dans les règlements internes et les manuels des forces armées.