• Envoyer
  • Imprimer

Activités en Irak : janvier et février 2012

17-04-2012 Faits et chiffres

Faits et chiffres. Aperçu des activités menées par le CICR en Irak.

De nombreuses personnes en Irak ont encore du mal à gagner leur vie et à subvenir aux besoins de leur famille. En janvier et février, le CICR a :

● contribué à la remise en état de 71 kilomètres de canaux d’irrigation et de 257 hectares de terres agricoles par le biais de programmes « argent contre travail » qui ont bénéficié à 1 800 personnes déplacées et habitants des gouvernorats de Ninive, Dohouk et Diyala ;
● accordé 98 subventions à des personnes handicapées et des femmes chefs de famille à Kirkouk, Diyala, Ninive, Soulaymaniya, Basra et Missan, leur permettant ainsi de créer de petites entreprises et de retrouver leur autosuffisance économique ;
● distribué des ustensiles de ménage et des articles d’hygiène de première nécessité à 8 000 personnes déplacées à Diyala, Bagdad, Salah Al-Din et Babel ;
● distribué de l’aide à 407 femmes chefs de famille dans les gouvernorats de Bagdad et d’Anbar, et les a aidées à faire les démarches auprès de l’État irakien pour l’obtention d’allocations sociales ;
● fourni 67 serres à des agriculteurs qui en avaient besoin dans le gouvernorat de Babel.

Visites aux détenus

En janvier et février, les délégués du CICR ont visité des personnes détenues par les autorités irakiennes et diverses instances du gouvernement régional kurde dans 41 lieux de détention répartis dans 12 gouvernorats. Ils ont évalué leurs conditions de détention et le traitement qui leur était réservé, et ont fait part en toute confidentialité de leurs observations et recommandations aux autorités détentrices. Durant cette période, le CICR a fourni à plus de 500 détenus des articles tels que des livres, des produits d’hygiène et des vêtements.

Le CICR aide les personnes détenues à rétablir et à maintenir des liens avec leur famille. En janvier et février, près de 300 messages Croix-Rouge ont ainsi été échangés entre les détenus et leurs proches, en Irak et à l’étranger. Le CICR a en outre répondu à quelque 2 000 demandes de familles en quête d’informations sur des proches détenus ou portés disparus.

Soutien aux structures de santé

Dans certaines zones rurales et exposées aux conflits, les services de santé ont du mal à répondre aux besoins de la population. Le CICR fournit un soutien sur place à certains centres de soins de santé primaires, en les aidant à rénover les locaux et à former le personnel.

En janvier et février, le CICR a :

  • traité plus de 5 000 patients et fabriqué près de 3 000 appareils orthopédiques dans les 12 centres soutenus par le CICR dans tout le pays ;
  • organisé un séminaire sur la chirurgie de guerre à Najaf et un cours de traumatologie d’urgence à Basra, auxquels ont participé près de 80 médecins irakiens ;
  • fourni un soutien sur place à huit centres de soins de santé primaires situés notamment dans les gouvernorats de Ninive, Kirkouk, Diyala, Babel et Diwaniya, desservant quelque 260 000 personnes.

Depuis 12 ans, le CICR fournit en outre du matériel et un soutien en ergothérapie aux patients de l’hôpital psychiatrique Al-Rashad, à Bagdad.

Approvisionnement en eau potable et assainissement

Dans une grande partie du pays, l’accès à l’eau potable demeure un problème. Les ingénieurs du CICR réparent et modernisent les installations électriques, d’assainissement et d’approvisionnement en eau, en particulier dans les zones où les violences se poursuivent et dans les régions rurales.

En janvier et février, le CICR a régulièrement livré de l'eau par camion à quelque 8 500 personnes déplacées et habitants à Sadr City, dans le gouvernorat de Bagdad.

Avec le soutien des autorités compétentes, il a en outre :

  • réparé la station de pompage d’eau de Sader Al-Mahawil, dans le gouvernorat de Babel, qui dessert quelque 120 000 personnes ;
  • fourni et installé une nouvelle unité compacte de purification de l’eau à Jbela, dans le gouvernorat de Babel, desservant environ 15 100 personnes ;
  • amélioré le processus de traitement et la capacité de pompage des unités compactes d’Al-Hurr, dans le gouvernorat de Kerbala, desservant quelque 27 000 personnes ;
  • rénové le troisième centre de soins de santé primaires de Madaïn, dans le gouvernorat de Bagdad, qui dessert 250 patients par jour ;
  • assuré la formation de 88 opérateurs et membres du personnel technique travaillant dans les stations de traitement des eaux du gouvernorat de Missan.

Élimination des munitions non explosées

Plus de 25 millions de mines, d’engins non explosés et autres restes explosifs de guerre jonchent le territoire irakien, en particulier le long des frontières avec l’Iran et la Turquie. Ces engins menacent la sécurité et les moyens de subsistance de plus de 1,6 million d’Irakiens. Depuis le lancement de ses activités de dépollution en juillet 2010, le CICR a enlevé plus de 2 500 pièces de munitions non explosées de 42 zones dangereuses dans 30 communautés où vivent plus de 25 000 personnes.

En janvier et février, huit spécialistes du déminage du CICR ont obtenu le certificat d’opérateurs EOD (Explosive Ordnance Disposal) de niveau 1. Ils ont enlevé 44 pièces de munitions non explosées et inspecté 5 000 mètres carrés de terres potentiellement dangereuses dans une communauté où plus de 1 500 civils étaient directement menacés.

Élucidation du sort des personnes portées disparues

En janvier et février, une mission conjointe irako-iranienne conduite par le ministère irakien des Droits de l’homme, sous les auspices du CICR, s’est rendue à Al-Fao, dans le sud de l’Irak. Elle a permis de localiser et d’exhumer les dépouilles de 178 soldats tués durant la guerre Iran-Irak (1980-1988). Les restes de 21 soldats iraniens avaient été remis aux autorités iraniennes le 22 février. Le CICR a également présidé deux réunions au Koweït qui visaient à poursuivre les efforts pour faire la lumière sur le sort des personnes toujours portées disparues à la suite de la guerre du Golfe (1990-1991).

Le CICR a continué à renforcer les capacités des organisations nationales, faisant le nécessaire pour que trois membres du personnel de l’Institut médicolégal de Bagdad participent à la conférence de l’American Academy of Forensic Sciences.

Promotion du droit international humanitaire

Rappeler aux parties à un conflit l’obligation qui leur incombe de protéger les civils est un aspect fondamental des activités du CICR. L'institution s’emploie également à promouvoir le droit international humanitaire en organisant des présentations et des formations pour les forces militaires et de police, le personnel pénitentiaire, les étudiants et les professeurs.

En janvier et février, le CICR a organisé trois séances d’information pour 121 membres de l’armée irakienne et des forces peshmerga, ainsi qu’une séance de formation pour 16 commandants d’unité.


Photos

Babil. Présentation de la mission et des activités du CICR à des représantants de la communauté. 

Babil. Présentation de la mission et des activités du CICR à des représantants de la communauté.
© ICRC

Erbil. Á Sufaya, le CICR réhabilite des infrastructures pour que la population ait accès à l'eau potable. 

Erbil. Á Sufaya, le CICR réhabilite des infrastructures pour que la population ait accès à l'eau potable.
© ICRC/Getty / E. Ou

Missan. Des spécialistes du CICR enlèvent des munitions non explosées dans des régions où elles mettent les civils en danger. 

Missan. Des spécialistes du CICR enlèvent des munitions non explosées dans des régions où elles mettent les civils en danger.
© ICRC / J.-C. Sandoz