• Envoyer
  • Imprimer

Yémen : faits et chiffres janvier-décembre 2012

30-01-2013 Faits et chiffres

Malgré une année difficile marquée par une escalade du conflit armé et d’autres situations de violence dans différentes parties du Yémen, par la perte tragique d'un collaborateur très apprécié du CICR et par l'enlèvement d'un autre, le CICR a poursuivi ses activités par sa délégation à Sanaa, ses sous-délégations à Saada, à Amran et à Aden, et son bureau à Taiz est resté opérationnel.

L'année s'est achevée par une conférence de haut niveau organisée par le CICR à Sanaa sur la nécessité de protéger les personnels de santé, les structures médicales et les transports sanitaires lors des conflits armés. Des représentants du gouvernement et de l'armée, d’éminents universitaires, des chefs religieux, du personnel médical, des organisations humanitaires, des collaborateurs et des volontaires du Croissant-Rouge du Yémen, ainsi que des médias ont pris part à cet événement. Avant la conférence, le ministre yéménite des Droits de l'homme a signé une déclaration au nom du gouvernement s'engageant à promouvoir un accès sûr aux soins de santé pour les malades et les blessés, en conformité avec le droit international humanitaire, le droit international relatif aux droits de l’homme et les normes applicables en la matière.

Assistance

Le personnel du CICR a travaillé régulièrement avec les représentants des communautés pour apporter une assistance humanitaire dans les parties du pays touchées par le conflit, notamment des vivres, du matériel pour la construction d’abris, des couvertures, des jerrycans, des ustensiles de cuisine et d'autres articles. Les personnes déplacées rentrant chez elles ont bénéficié d’une aide pour développer des activités génératrices de revenus. Des semences, des engrais et des outils ont été distribués aux agriculteurs. Le bétail des éleveurs a été vacciné et vermifugé.

  • Plus de 317 000 personnes déplacées et résidents des gouvernorats d’Abyan, de Shabwa, de Lahj, de Sanaa Saada et d'Amran ont reçu de l'huile de cuisine, du riz, de la farine et d'autres vivres.
  • Des articles ménagers, notamment du linge de lit, des ustensiles de cuisine et des articles d'hygiène, ont été fournis à 278 000 personnes déplacées à Abyan, Shabwa, Lahj, Saada et Amran.
  • Du matériel pour la construction d’abris a été distribué à plus de 600 familles de rapatriés à Saada.
  • Plus de 900 familles de rapatriés à Saada ont entrepris des activités génératrices de revenus avec le soutien du CICR.
  • À Hajja, 182 tentes ont été fournies aux victimes des glissements de terrain à Kohlan Afar.
  • Des semences, des engrais et des outils ont été distribués à plus de 28 600 agriculteurs à Harf Safiyan, Amran.
  • Cinquante femmes ayant charge de famille à Amran ont reçu des vaches pleines et 55 autres femmes chefs de famille à Arhab ont bénéficié de diverses initiatives génératrices de revenus.
  • Plus de 158 000 moutons, chèvres, chameaux et vaches ont été vaccinés et vermifugés dans le gouvernorat de Saada, au profit de plus 48 600 agriculteurs.

Soins de santé

Le CICR a fourni des médicaments et des secours médicaux à plus de 20 hôpitaux, dispensaires et postes de santé à travers le pays. Une équipe chirurgicale du CICR a aidé le personnel médical yéménite d’Aden à soigner les patients blessés lors des combats dans le sud, puis a soutenu le personnel médical yéménite de l’hôpital Al-Razi à Abyan. Une conférence de haut niveau à Sanaa sur la nécessité de protéger le personnel médical, les structures de santé et les transports sanitaires en période de conflit a réuni des représentants du gouvernement, les principales structures médicales de Sanaa, les militaires, les chefs religieux, les organisations humanitaires et les médias.

  • Des médicaments, des assortiments de pansements, du matériel et du mobilier ont été fournis aux hôpitaux et centres de santé à Sanaa, Arhab, Damaj, Saada, Al-Jawf, Aden, Abyan, Al-Dhalea et Lahj. Neuf structures de santé à Amran, Saada, Al-Jawf et Abyan ont reçu un soutien mensuel et leur personnel a bénéficié d’une formation sur le tas.
  • Des mesures d’incitation ont été fournies à 56 membres du personnel médical travaillant dans les centres de santé à Harf Safian et Saada.
  • Suite à une épidémie de rougeole, 500 000 doses de vaccin ont été remises au ministère de la Santé et de la Population.
  • Une formation aux premiers secours et une formation des instructeurs dispensant les premiers secours ont été organisées pour les volontaires du Croissant-Rouge du Yémen, la défense civile d’Aden, le parti du Mouvement du Sud (Al-Hirak) et deux groupes de personnels de santé des hôpitaux du gouvernorat de Lahj.
  • Un atelier de prise en charge d’un grand nombre de victimes a été organisé par le CICR à l'hôpital militaire de Sanaa. Le CICR a aussi participé à un atelier de prise en charge d’un grand nombre de victimes organisé par le ministère de la Santé et de la Population et par l'Organisation mondiale de la santé, également à Sanaa.
  • Un total de 3 000 moustiquaires a été fourni pour un programme de lutte contre le paludisme dans le gouvernorat de Sanaa.
  • Un chirurgien et un infirmier instrumentaliste du CICR ont apporté leur soutien à trois hôpitaux à Aden lors des combats à Abyan et lors des affrontements à Aden. Ils ont ensuite aidé l'hôpital Al-Razi à Abyan après la réouverture de son département de chirurgie. Ils ont pris part à 70 des 284 opérations qui ont été pratiquées avant la fin de l'année. Ils ont également assuré la formation du personnel du département de chirurgie et assuré le suivi et la supervision des activités.

Réadaptation physique

Le CICR soutient quatre centres de réadaptation physique gouvernementaux qui appareillent les amputés et autres personnes handicapées de prothèses et d’orthèses fabriquées à partir de matières premières fournies par le CICR ou produites localement. Les enfants et les adultes atteints de handicaps congénitaux et autres y sont également traités. Le soutien du CICR englobe la formation du personnel.

  • Plus de 37 000 personnes handicapées ont été traitées dans les centres soutenus par le CICR à Al-Mukalla, Aden, Sanaa et Taiz. Quelque 12 000 patients ont été examinés pour la première fois.
  • Quarante-neuf techniciens orthopédistes et physiothérapeutes ont reçu une formation sur place. Huit techniciens orthopédiques ont été envoyés en Inde pour y suivre une formation.

Eau et assainissement

Les ingénieurs hydrauliciens du CICR ont travaillé en étroite collaboration avec les ministères, les services de l'eau et les collectivités locales pour améliorer l'accès à l'eau potable pour les populations vivant dans les zones de conflit. Des projets ont été mis en œuvre dans les zones urbaines et dans les milieux ruraux. Ce sont les structures médicales et les lieux de détention qui ont principalement fait l’objet de réparations et d’améliorations.

  • Les sources d’eau existantes ont été améliorées et les installations de stockage d'eau endommagées par le conflit ou négligées ont été remises en état, tout comme les lignes de transport et de distribution, permettant ainsi à près de 400 000 personnes d'avoir accès à l'eau potable d’Abyan, d’Aden, de Lahj et au sud, et dans les gouvernorats d'Amran, de Saada et de Taiz au nord.
  • L'eau a été livrée par camion à plus de 30 000 personnes déplacées et résidents touchés par la violence dans les gouvernorats de Saada et d'Amran.
  • La réparation des structures dans les lieux de détention à Sanaa et Aden a amélioré les conditions de vie de plus de 5 000 détenus.
  • Les travaux de rénovation ou de réparation des structures de santé endommagées ou partiellement détruites par le conflit (par exemple, l’hôpital Al-Rawdah dans la ville de Taiz, le centre de santé de Marran dans le gouvernorat de Saada et l’hôpital Al-Razi dans le gouvernorat d'Abyan) ont permis de dégager quelque 735 lits supplémentaires pour les patients.

Condition des détenus

Le personnel du CICR a effectué des visites régulières aux détenus pour suivre leurs conditions de détention et le traitement qui leur est réservé, et s'assurer qu'ils ont accès à des soins de santé adéquats. Des entretiens confidentiels ont eu lieu avec les autorités détentrices et des recommandations ont été formulées lorsque des améliorations s’imposaient. Des visites de suivi visaient à vérifier que les recommandations étaient bien mises en pratique. Un soutien à la rénovation des lieux de détention, une amélioration de l'approvisionnement en eau et d’autres formes d'aide humanitaire ont été apportés en fonction des besoins lorsque les autorités détentrices n’étaient pas capables d'entreprendre ce travail.

Les détenus yéménites en Afghanistan, en Irak et à Guantanamo Bay, et les demandeurs d'asile, les réfugiés et les travailleurs migrants détenus à Sanaa, sont restés en contact avec leurs familles au moyen de messages Croix-Rouge et d’appels téléphoniques ou visioconférences. Des personnes ont recherché leurs proches disparus par le biais du service de recherches du CICR.

  • Les collaborateurs du CICR ont visité près de 5 400 détenus à Saada, Sanaa, Taiz, Ibb, Aden et Abyan.
  • Du linge de lit, des filtres à eau et des articles de loisirs ont été distribués à 1 780 détenus à Sanaa, Taiz, Ibb et Aden.
  • Des vivres et des articles d'hygiène ont été fournis sur une base mensuelle à quelque 150 détenus dans le centre de rétention de Sanaa.
  • Plus de 4 300 messages Croix-Rouge ont été traités par le réseau des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et la délégation du CICR.
  • Plus de 360 demandes de recherches ont été traitées, dont 156 nouvelles demandes reçues en 2012. Près de 100 personnes disparues ont été retrouvées et ont renoué contact avec leurs familles.
  • Des détenus à Guantanamo et en Afghanistan sont restés en contact avec leurs familles grâce à 162 appels téléphoniques et 232 visioconférences organisés par le CICR.

Droit international humanitaire

Le CICR a pour mandat de promouvoir le respect du droit international humanitaire au sein des forces militaires, de la police et autres porteurs d'armes, et de diffuser des connaissances du droit au sein de la société civile. Le droit international humanitaire vise à protéger la vie et la dignité des victimes de conflits armés et de veiller à ce que ceux qui ne participent pas aux hostilités, ou n’y participent plus, soient épargnés.

  • Plus de 30 séances d'information ont eu lieu avec l'armée, la police et d’autres porteurs d'armes. Des réunions formelles et des discussions sur le droit international humanitaire ont été organisées avec des universitaires, des chefs religieux, des étudiants et des médias dans les universités et ailleurs à Sanaa, Aden et Taiz. Des ouvrages de référence et des publications spécialisées sur le droit international humanitaire et d'autres sujets juridiques ont été remis à des bibliothèques militaires et universitaires.

Coopération avec le Croissant-Rouge du Yémen

Le CICR a aidé le personnel et les volontaires du Croissant-Rouge du Yémen à renforcer leur capacité à fournir des services humanitaires. En 2012, le Croissant-Rouge du Yémen a prodigué une formation aux premiers secours, soutenu des migrants détenus en attente d'expulsion, et fourni des informations sur le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aux enfants des écoles et à d’autres publics. Les volontaires du Croissant-Rouge du Yémen étaient de service lors des manifestations à Aden, Sanaa et Taiz pour administrer les premiers secours et emmener les blessés à l'hôpital.

Le Yémen est l'une des plus grandes opérations du CICR dans le monde, avec plus de 250 collaborateurs, dont plus de 50 expatriés basés dans la délégation principale à Sanaa, dans les sous-délégations à Saada, Amran et Aden, et dans le bureau de Taiz.