• Envoyer
  • Imprimer

Indonésie: promotion du DIH dans des écoles islamiques

02-11-2011 Éclairage

Le CICR et le réseau d'écoles islamiques Darunnajah ont organisé du 21 au 23 octobre, à Jakarta, un premier séminaire sur l'éducation au droit international humanitaire (DIH). Cinquante professionnels indonésiens de l'éducation et des représentants du CICR se sont rencontrés pour examiner le programme éducatif "Explorons le droit humanitaire" (EDH).

Située dans le sud de la capitale Jakarta, l'école principale Darunnajah agit souvent comme ambassadeur pour l'éducation privée indonésienne en recevant les dignitaires étrangers, de l'ancien premier ministre britannique Tony Blair à l'intellectuel musulman Yusuf Qardawi. Au total, 800 professeurs y encadrent 30'000 élèves. "Nous espérons que cette rencontre, la première en Indonésie entre travailleurs humanitaires et éducateurs musulmans, permettra à d'autres d'envisager les internats islamiques comme des partenaires à part entière dans le domaine humanitaire. Nous renouvelons notre soutien à l'initiative du CICR en direction des écoles islamiques et notre volonté de nous engager maintenant dans une phase d'expérimentation", a déclaré Drs H. Sofwan Manaf, directeur de Darunnajah.

La première école islamique Darunnajah a été fondée il y cinquante ans. On en compte aujourd'hui quatorze à travers le pays. Ces établissements sont  membres d'un réseau géré par une fondation ayant un statut d'intérêt public, le  waqf.  En Indonésie, les internats islamiques, appelés Pesantren, sont au nombre de 40'000. Comme les autres Pesantren, le réseau Darunnajah fonctionne de façon autonome sur les plans administratifs et financiers, grâce au soutien de la communauté et à un domaine agricole de 600 hectares.

Un héritage commun

Organisé en collaboration avec le Ministère indonésien des affaires religieuses, le séminaire a permis d'examiner les origines et les valeurs qui sont à la base du DIH.  «Les principes fondamentaux qui sont au coeur du droit international humanitaire, charité, générosité, impartialité, n'ont été inventés ni dans un contexte moderne ni dans l'hémisphère nord, mais appartiennent à l'héritage commun de l'humanité, déjà présent à l'esprit des sages de l'archipel indonésien, plus de 300 ans avant que la première convention de Genève ne soit même rédigée ", a rappelé Vincent Nicod, chef de la délégation régionale du CICR en Indonésie.

La cheville ouvrière du projet EDH dans la région, Melati Adidamayanti , assistante du conseiller régional du CICR, estime que la rencontre avec les cadres de l'éducation islamique a été une étape importante pour le CICR en Indonésie et un défi en terme de méthodologie. "Jusque-là, nous étions habitués à traiter avec une autorité de tutelle. Avec les Pesantren, nous devons nous adapter à un milieu où chaque institution est différente et indépendante mais quand même liée par des principes et une éthique commune, un peu comme dans le mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge! ", a-t-elle relevé.

Du côté des grandes fédérations d'écoles, Musliadi, président de la section jeunesse du mouvement Hidayatullah, a déclaré que ce séminaire rendait possible l'expérimentation du programme EDH dans certaines écoles islamiques: "Pour nous, EDH est plus qu'un moyen d'explorer les principes du droit international humanitaire, c'est une ressource pour enseigner aux jeunes générations les principes d'éthique, de morale et d'humanité qu'ils mettront en pratique au cours de leurs vies. Nous attendons des organisations étrangères comme le CICR qu'elle soient honnêtes dans leurs initiatives, c'est un point sur lequel nous sommes vigilants ".

La qualité des échanges, les remarques de clôture, les réactions qui ont immédiatement suivi le week-end, tout encourage le CICR à s'engager dans un partenariat concret avec les écoles islamiques.


Photos

 

En blouse rose, Melati Adidamayanti, assitante du conseiller régional du CICR, en veste noire, Astrid Maharani, stagiaire au CICR, sont entourées des étudiantes de l'école.
© CICR / M. Pangesti

 

Drs H. Sofwan Manaf, directeur de l'école Darunnajah à Jakarta.
© CICR / M. Pangesti

 

Jakarta. De gauche à droite, Irénée Herbet, conseiller régional du CICR, Vincent Nicod, chef de la délégation régionale du CICR en Indonésie, Dr. Mamat S. Burhanuddin, vice-directeur pour l'éducation au Ministère des affaires religieuses, Drs KH Mahrus Amin, fondateur et directeur du réseau Darunnajah.
© CICR / M. Pangesti