• Envoyer
  • Imprimer

Chili : la Croix-Rouge apporte une aide médicale aux communautés mapuches isolées

09-12-2012 Éclairage

Entourée par les eaux salées du lac Budi, à sept mètres au-dessous du niveau de la mer, l’île de Nahuelhuapi abrite une communauté mapuche. L’île se trouve sur la commune de Saavedra, dans la province de Cautín, elle-même située dans la région de l’Araucanie (sud du Chili).

À première vue, la magnifique île de Nahuelhuapi semble avoir tout du paradis. Pourtant, les onze familles qui y vivent font face quotidiennement à de grandes difficultés à cause de l’isolement et du climat. Le fait d’être sur une île, la distance, le relief montagneux et les chemins de terre battue entravent l’accès à la région, surtout lors de la saison des pluies et pendant les chutes de neige en hiver.

« Les habitants sont extrêmement vulnérables, en particulier sur le plan sanitaire. En cas de tempête ou de mauvais temps, ils peuvent se retrouvés isolés pendant plusieurs semaines. En hiver, ils n’ont aucun moyen de traverser le lac. Si une personne tombe malade, ils ne peuvent la soigner qu’avec des herbes », explique Cristian Haase Reinike, directeur administratif régional du Comité régional de l’Araucanie de la Croix-Rouge chilienne.

Pour arriver au centre de soins le plus proche, les habitants de l’île doivent prendre un canot puis continuer le chemin à pied. Il faut compter environ quatre heures de trajet, la moitié en canot et l’autre moitié à pied. « Il est très difficile d’évacuer un malade. Il n’y a pas d’ambulance et bien sûr on ne peut pas savoir à l’avance quand quelqu’un va tomber malade », déclare le président de la communauté de Nahuelhuapi, Pedro Catrinao Marinao.

Afin de lutter contre cet isolement et les vulnérabilités qu’il engendre, la Croix-Rouge chilienne, avec le soutien du CICR, a organisé une journée de santé sur l’île début novembre.

En quelques heures, le centre communautaire de Nahuelhuapi s’est transformé en poste de santé, des salles ayant été aménagées pour servir à des consultations médicales et dentaires. Antonio Huaiquinao a été chargé de faire sonner son kull kull, un instrument mapuche, afin d’avertir la communauté du début de cette journée spéciale. Après quelques minutes, des dizaines de femmes, d’hommes et d’enfants se sont présentés au centre.

Pendant toute la journée, les volontaires du Comité régional de l’Araucanie de la Croix-Rouge chilienne ont reçu plus de 50 personnes, auxquelles ils ont dispensé des soins médicaux et dentaires et distribué des médicaments.

« La journée a été très positive. Nous en avons tous profité, car nous sommes très isolés ici », déclare Elisa Catrinao Painemilla, habitante de Nahuelhuapi.

Pendant que les adultes étaient occupés, des volontaires se sont chargés de distraire les plus petits, qui ont aussi reçu une attention médicale.

Depuis 2007, avec le soutien du CICR, la Croix-Rouge chilienne organise des journées de santé, des cours de premiers secours et des activités de prévention des maladies dans les communautés rurales de l’Araucanie. La région est le théâtre de tensions entre les forces de sécurité et les communautés mapuches. « Notre priorité est de répondre aux besoins humanitaires générés par les situations de violence dans quelques communautés de la région », explique Felipe Donoso, chef de la délégation régionale du CICR, qui a participé aux activités à Nahuelhuapi.


Photos

Île de Nahuelhuapi, région de l’Araucanie, sud du Chili. Des volontaires de la Croix-Rouge chilienne et du CICR arrivent en bateau pour fournir des services de santé à la communauté mapuche qui vit au milieu des eaux du lac Budi.  

Île de Nahuelhuapi, région de l’Araucanie, sud du Chili. Des volontaires de la Croix-Rouge chilienne et du CICR arrivent en bateau pour fournir des services de santé à la communauté mapuche qui vit au milieu des eaux du lac Budi.
© CICR / H. González de Cunco

Antonio Huaiquinao fait sonner son kull kull, un instrument mapuche, pour avertir la communauté du début de la journée de santé au centre communautaire de Nahuelhuapi. « Évacuer un malade est très difficile », explique le président de la communauté. Il faut compter quatre heures pour atteindre le poste de santé le plus proche.  

Antonio Huaiquinao fait sonner son kull kull, un instrument mapuche, pour avertir la communauté du début de la journée de santé au centre communautaire de Nahuelhuapi. « Évacuer un malade est très difficile », explique le président de la communauté. Il faut compter quatre heures pour atteindre le poste de santé le plus proche.
© CICR / H. González de Cunco

Les pièces du centre communautaire ont été transformées en salles de consultation et en cabinets de dentistes. La Croix-Rouge a aussi fourni des médicaments aux habitants de l’île de Nahuelhuapi.  

Les pièces du centre communautaire ont été transformées en salles de consultation et en cabinets de dentistes. La Croix-Rouge a aussi fourni des médicaments aux habitants de l’île de Nahuelhuapi.
© CICR / H. González de Cunco