• Envoyer
  • Imprimer

Arménie : les arbres, des symboles vivants du souvenir et de l’espoir

22-05-2012 Éclairage

Il y a peu, des familles se sont rassemblées à Gyumri, nord du Shirak, pour planter des arbres en souvenir de leurs proches disparus lors du conflit du Haut-Karabakh entre 1988 et 1994. L’événement a permis de sensibiliser l’opinion publique aux problèmes rencontrés par ces familles.

Le mari de Hasmik Pilosyan a disparu à Lachin en 1991. « Il était lieutenant-chef, dit-elle. Je n’ai pas eu de nouvelles de lui depuis qu’il a disparu. Mais j’espère toujours qu’il reviendra un jour et qu’il prendra soin du sapin que je plante aujourd’hui. En attendant, je viendrai ici régulièrement m’occuper de cet arbre. »

Cette zone, avec ses 11 sapins, deviendra bientôt un parc du souvenir, où les familles de personnes disparues peuvent se réunir à des occasions comme la Journée nationale des personnes portées disparues, célébrée le 29 juin, et la Journée internationale des personnes disparues, le 31 août.

Cette plantation d’arbres a été organisée par la section régionale de la Croix-Rouge arménienne au Shirak, avec le soutien du CICR. L’institution aide aussi les familles de personnes disparues à découvrir ce qu’il est advenu de leurs proches et à faire face aux problèmes qu’elles rencontrent sur les plans juridique, social et économique.

Le CICR soutient également ces familles en réalisant des projets microéconomiques, par exemple en leur donnant des têtes de bétail ou en rénovant leurs habitations. En outre, l’institution aide les autorités à adopter une législation sur les personnes portées disparues, qui accordera une meilleure protection juridique à leur famille. Enfin, en collaboration avec des partenaires locaux, le CICR fournit un soutien psychosocial aux familles concernées, afin de les aider à dépasser le traumatisme lié à la perte.


Photos

Gyumri, Arménie. Vaghinak Mnoyan est le père d’une personne disparue. Il promet de prendre soin de tous les arbres plantés à la mémoire des personnes disparues pendant le conflit du Haut-Karabakh, entre 1988 et 1994. 

Gyumri, Arménie. Vaghinak Mnoyan est le père d’une personne disparue. Il promet de prendre soin de tous les arbres plantés à la mémoire des personnes disparues pendant le conflit du Haut-Karabakh, entre 1988 et 1994.
© CICR

Gyumri, Arménie. La chaîne de télévision locale Tsayg filme le personnel de la Croix-Rouge arménienne en train d’aider les familles à planter un sapin en souvenir de leur proche disparu lors du conflit du Haut-Karabakh. 

Gyumri, Arménie. La chaîne de télévision locale Tsayg filme le personnel de la Croix-Rouge arménienne en train d’aider les familles à planter un sapin en souvenir de leur proche disparu lors du conflit du Haut-Karabakh.
© CICR

Gyumri, Arménie. Susanna Grigoryan se souvient de son fils, disparu en 1998 lors du conflit du Haut-Karabakh. 

Gyumri, Arménie. Susanna Grigoryan se souvient de son fils, disparu en 1998 lors du conflit du Haut-Karabakh. Près de vingt ans après la fin du conflit, elle ignore toujours, comme tant d’autres, ce qui est arrivé à son proche.
© CICR

Gyumri, Arménie. Des employés et des volontaires de la section régionale de la Croix-Rouge arménienne au Shirak aident les familles à planter un arbre en souvenir de leur proche disparu pendant le conflit du Haut-Karabakh, qui a duré de 1988 à 1994. 

Gyumri, Arménie. Des employés et des volontaires de la section régionale de la Croix-Rouge arménienne au Shirak aident les familles à planter un arbre en souvenir de leur proche disparu pendant le conflit du Haut-Karabakh, qui a duré de 1988 à 1994.
© CICR

Après avoir planté un sapin à la mémoire de son fils disparu, Mariam Hakobyan prie. 

Gyumri, Arménie. Après avoir planté un sapin à la mémoire de son fils disparu, Mariam Hakobyan prie. La Croix-Rouge arménienne a travaillé avec le CICR pour organiser cette cérémonie de plantation d’arbres en souvenir des personnes disparues lors du conflit du Haut-Karabakh (1988-1994).
© CICR

Gyumri, Arménie. Hasmik Pilosyan n’a pas eu de nouvelles de son mari depuis qu’il a disparu en 1991, lors du conflit du Haut-Karabakh. 

Gyumri, Arménie. Hasmik Pilosyan n’a pas eu de nouvelles de son mari depuis qu’il a disparu en 1991, lors du conflit du Haut-Karabakh. Elle espère toujours qu’il reviendra un jour et qu’il prendra soin de l’arbre qu’elle plante aujourd’hui.
© CICR