• Envoyer
  • Imprimer

Malaisie : les cours dispensés par le CICR aux forces de maintien de la paix sont essentiels

29-05-2012 Éclairage

Le colonel Sardon bin Hassan, commandant du Centre malaisien de formation des forces de maintien de la paix (MPTC) à Port Dickson (État de Negeri Sembilan), évoque un moment particulier de sa carrière et parle des activités du CICR.

Le colonel Sardon se remémore les mois qu'il a passés en Sierra Leone en qualité d'observateur militaire pour les Nations Unies en 2001. Tout au long de sa mission d'une année, il a été témoin des efforts déployés par le CICR pour réunir les membres de familles dispersées et prêter assistance aux réfugiés et aux personnes déplacées à l'intérieur de leur pays. Bien qu'il n'ait eu que peu de contacts avec la délégation du CICR durant cette période, il garde en mémoire un événement particulièrement émouvant.   

Une meilleure compréhension de l'action du CICR

« Quand je suis arrivé en Sierra Leone, le pays était en proie à des troubles et à des conflits depuis de nombreuses années, raconte le colonel Sardon. À cette époque, le CICR figurait parmi les organisations humanitaires présentes sur le terrain. Je me souviens en particulier du jour où les membres de la délégation du CICR ont réuni une fillette de six ans avec sa tante, qu'ils étaient parvenus à localiser en Sierra Leone. La fillette avait dû fuir en Guinée deux ans plus tôt, après que ses parents et ses frères et soeurs avaient été tués. Je me trouvais à l'aéroport le jour où elle a été rapatriée. Ce fut l'un des moments les plus émouvants de ma vie. J'en avais les larmes aux yeux. Ce jour-là, j'ai saisi toute la portée de l'action du CICR. »
C'était il y a dix ans. Aujourd'hui, le colonel Sardon dirige le MPTC à Port Dickson et continue de travailler en étroite collaboration avec le CICR. Le MPTC organise des cours à l'intention des officiers malaisiens et étrangers sur le point d'être déployés dans le cadre de missions de maintien de la paix des Nations Unies. « Il n'y a que deux centres de ce type dans la région, explique-t-il. Le MPTC a été ouvert en 1996 et a formé plus de 2 000 militaires à ce jour. »  

Des cours indispensables sur le droit des conflits armés

« Le CICR prend part à tous les cours que nous organisons, à l'exception des modules sur les aspects logistiques des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, explique le colonel. Tous nos cours comprennent un module de formation dispensé par le CICR pour mieux faire connaître l'institution, son rôle et son mandat, ses activités dans les zones de conflit et les principes du droit des conflits armés. » Il estime que les séances d'information du CICR sont indispensables pour tous les membres des forces de maintien de la paix : « Il est capital que l'ensemble des militaires déployés dans des zones de conflit à l'étranger connaissent et comprennent les règles de droit international et principes humanitaires fondamentaux pour pouvoir s'acquitter pleinement de leurs devoirs. »

« Le secrétaire général des Nations Unies a lui-même souligné l'importance des principes du droit international humanitaire et de son application, notamment dans le cadre des opérations de maintien de la paix », ajoute le colonel, en faisant allusion à la récente visite du secrétaire général des Nations Unies au centre. Durant sa visite, le secrétaire général a assisté à un cours dispensé par le CICR dans le cadre d'une formation CIMIC (coopération civilo-militaire). Il a saisi cette occasion pour rappeler aux participants qu'il était important pour tous les membres des forces de maintien de la paix des Nations Unies de connaître le droit international et, en particulier, le droit international humanitaire. Il a également déclaré que ces connaissances leur permettraient de mieux assumer leur mission humanitaire et de maintien de la paix lorsqu'ils prêtent assistance aux civils dans les zones de conflit.

Dans le cadre de son mandat humanitaire universel, le CICR travaille en collaboration avec les États dans le monde entier en vue d'assurer une meilleure compréhension et un respect accru du droit international humanitaire. Le CICR organise régulièrement des cours et des séances d'information à l'intention des membres des forces de maintien de la paix, afin qu'ils comprennent leurs obligations au regard du droit international humanitaire, qui s'applique dans les situations de conflit.

« Les échos que nous recevons des modules du CICR sont positifs, conclut le colonel Sardon. De fait, nous sommes très satisfaits de cette collaboration, que nous pourrions encore développer considérablement, me semble-t-il. Nous étudions avec le CICR des moyens d'étendre son offre de formation. »  


Photos

Le colonel Sardon bin Hassan, commandant du Centre malaisien de formation des forces de maintien de la paix (MPTC) à Port Dickson (État de Negeri Sembilan). 

Le colonel Sardon bin Hassan, commandant du Centre malaisien de formation des forces de maintien de la paix (MPTC) à Port Dickson (État de Negeri Sembilan).
© ICRC