• Envoyer
  • Imprimer

Sri Lanka : adopter une approche systémique pour régler les problèmes récurrents dans les prisons

29-05-2012 Éclairage

Les entretiens sans témoin avec des personnes détenues en relation avec un conflit armé ou autres situations de violence, dans le but d'évaluer leurs conditions de détention, font partie intégrante des activités du CICR. Actuellement, l'institution réalise ce travail humanitaire dans plus de 70 pays à travers le monde.

À Sri Lanka, le CICR visite des lieux de détention afin de suivre la situation des personnes privées de liberté à la suite du conflit passé. Ces visites, qui sont effectuées depuis 1990 en accord avec les autorités nationales, permettent de veiller à ce que les conditions de détention et le traitement réservé aux détenus, quelle que soit la raison de leur arrestation et de leur mise en détention, soient conformes aux normes humanitaires et aux règles internationalement reconnues.

Le CICR travaille avec les autorités pour promouvoir ces normes et ces règles juridiques et faire en sorte qu'elles soient appliquées comme il se doit au traitement des détenus. À l'issue de ses visites dans les lieux de détention et de ses entretiens avec les détenus, le CICR fait part de ses observations et de ses recommandations aux autorités concernées, au cours d'un dialogue constructif, en vue d'améliorer le traitement réservé aux détenus. Ces entretiens, qui sont confidentiels et bilatéraux, sont pour le CICR l'occasion de partager ses compétences et ses connaissances avec les autorités et d'offrir son soutien, si nécessaire. À part ces visites, le CICR s'emploie à résoudre les problèmes récurrents dans les prisons, touchant au traitement réservé aux détenus et à leurs conditions de détention plus généralement.

Le fait que ces problèmes récurrents dans les prisons se retrouvent dans le monde entier tend à indiquer qu'ils sont peut-être dus à de mêmes défaillances dans les systèmes de justice pénale, et qu'il faut adopter une approche systémique et pluridisciplinaire pour les régler.

À Sri Lanka, les autorités nationales concernées reconnaissent que la surpopulation carcérale est un problème. Ce fait a été maintes fois présenté dans les médias comme l'un des problèmes récurrents les plus pressants dans les prisons sri-lankaises. Pour les autorités comme pour les détenus, c'est une source de préoccupation majeure sur le plan humanitaire.

Les différentes causes de la surpopulation carcérale à Sri Lanka et les graves conséquences qui en découlent, qui sont bien connues à la fois des autorités pénitentiaires et des personnes travaillant dans le système de justice pénale, touchent de différentes manières les diverses autorités sri-lankaises en question. Après avoir travaillé près de 22 ans dans le système carcéral sri-lankais, le CICR a proposé aux autorités d'étudier des moyens de les aider à réduire la surpopulation carcérale à Sri Lanka par une action systémique et pluridisciplinaire, qui s'attaquerait à la fois aux causes et aux conséquences du problème.

Toute personne privée de liberté a le droit de bénéficier de garanties judiciaires tout au long de la procédure pénale, aussi bien avant que pendant le procès.

Ce qui est moins évident, c'est le lien de cause à effet entre les mesures prises pour assurer la conformité avec ces procédures judiciaires et le fait de résoudre le problème de la surpopulation carcérale. En appliquant comme il convient les procédures judiciaires – ce qui contribue à ce que la justice soit administrée correctement –, il est possible de faire baisser le taux d'admission dans les prisons et de réduire la durée des peines d'emprisonnement, ce qui permet également d'atténuer la surpopulation.

Fort de son expérience internationale dans des situations similaires, et des connaissances spécifiques qu'il a acquises au fil des années à travers ses visites dans les prisons sri-lankaises – en s'entretenant sans témoin avec les détenus et en maintenant un dialogue confidentiel bilatéral avec les autorités compétentes, notamment sur les questions juridiques mentionnées plus haut –, le CICR est disposé à s'associer aux efforts déployés actuellement par les autorités sri-lankaises pour adopter une approche systémique en vue de résoudre le problème de la surpopulation carcérale, un problème d'ordre humanitaire.


Photos

Akkaraipattu, prison. Des déléguées du CICR visitent un détenu. 

Akkaraipattu, prison. Des déléguées du CICR visitent un détenu.
© ICRC / T. Gassmann / v-p-lk-n-00042-03