• Envoyer
  • Imprimer

Algérie : Mariem Courage et le marathon du désert

29-01-2013 Éclairage

Une dizaine de patients du centre de réadaptation physique du CICR de Tindouf (dans le sud-ouest de l’Algérie) ont participé au marathon du désert de Noukhaila. Nous avons suivi l’une des participantes, Mariem, alors qu’elle s’apprêtait à affronter le désert algérien.

La température matinale est très fraîche ce lundi 3 décembre 2012, ce qui n’empêche pas Mariem d'être au rendez-vous. Malgré son appareillage, Mariem arrive à se hisser dans le 4x4 sans trop de difficultés et prend place à côté d'autres patients du centre de réadaptation physique du CICR. Le véhicule ne se rend pas au centre, comme à l’accoutumée, il se dirige vers la ville de Rabouni, quartier général des autorités du Front Polisario, située à une vingtaine de kilomètres de Tindouf.

À Rabouni l'effervescence est palpable. Des dizaines de réfugiés de tout âge en provenance de différents camps (Laayoune, Smara, Ausserd et Dakhla) arrivent en transports publics affrétés exceptionnellement par les autorités. Tous viennent participer au marathon du désert organisé à l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées par le centre de réadaptation physique du CICR en collaboration avec le Centre du Martyr Chreif à Noukhaila, à 7 km de Rabouni.

Mariem avait à peine un an lorsque les premiers symptômes de la poliomyélite se sont manifestés suite à une épidémie qui a touché le camp de réfugiés sahraouis de Laayoune en 1986. Ni le vaccin, ni les différents traitements traditionnels ne sauront stopper la maladie. À cinq ans, Mariem a du mal à marcher, et, sans béquilles, elle doit s'appuyer sur des bidons d'eau pour avancer.

C'est alors que la jeune sahraouie bénéficie d'un programme en Espagne et reçoit des soins adéquats. Des orthèses adaptées lui sont fournies tout au long de sa croissance et lui permettent progressivement de se déplacer de manière autonome. Elle passe 17 longues années en Espagne loin de sa famille restée dans le camp.

À la fin des années 2000, les parents de Mariem tombent malades et Mariem rentre au pays pour s'occuper d’eux. Un ami lui parle alors du centre de réadaptation physique du CICR. En 2011, l'équipe du CICR l’appareille de nouvelles orthèses que Mariem apprécie tout de suite pour leur légèreté et leur flexibilité. « Grâce à ces nouvelles orthèses, je peux mettre toutes les chaussures que je veux », nous déclare-t-elle gaiement. Depuis, Mariem est suivie par l'équipe du centre où elle se rend régulièrement pour des ajustements ou des réparations de l’appareillage.

Ce lundi 3 décembre, Mariem participe au marathon du désert avec une dizaine de patients du centre de réadaptation physique du CICR. Au premier coup de sifflet, regroupés au niveau de la ligne de départ, les participants se lancent à l'assaut du désert rocailleux. À l'arrivée, Mariem est certes essoufflée, mais heureuse et riche de cette nouvelle expérience. En compagnie de ses amis, elle profite des festivités organisées en marge de l'évènement.

Le centre de réadaptation physique du CICR, ouvert en 2007, accueille des victimes de mines et d'autres engins explosifs, mais aussi des patients atteints de poliomyélite et d'infirmités motrices cérébrales. L'équipe du CICR traite également les enfants présentant une malformation congénitale aux pieds (pieds bots).

Les patients viennent des différents camps de réfugiés sahraouis installés autour de la ville algérienne de Tindouf, conséquence du conflit dans le Sahara occidental. Afin de faciliter leur accès aux soins, le centre met à leur disposition une navette quotidienne à partir d'un point de rassemblement dans la ville de Rabouni, centre administratif du Front Polisario.


Photos

Mariem (deuxième à partir de la gauche) au centre de réadaptation physique du CICR. 

Tindouf, Algérie.
Mariem (deuxième à partir de la gauche) au centre de réadaptation physique du CICR.
© ICRC

Mariem (à gauche) au départ du marathon du désert de Noukhaila. 

Noukhaila, Algérie.
Mariem (à gauche) au départ du marathon du désert de Noukhaila.
© ICRC / v-p-dz-e-00121