• Envoyer
  • Imprimer

Projet de conservation et de numérisation des archives de l'Agence internationale des Prisonniers de guerre

16-03-2010 Éclairage

Lorsque la Première guerre mondiale éclata, le CICR n'avait pas encore de mandat pour protéger les personnes déplacées et les prisonniers. C'est néanmoins avec l'ambition d'étendre son action humanitaire au plus grand nombre possible de victimes, que le CICR prendra des initiatives tout au long de ce conflit.

Le 21 août 1914, le CICR créé à Genève l'Agence internationale des Prisonniers de guerre (AIPG), dont l'objectif principal fut le rétablissement des liens familiaux (RLF). Ainsi, des millions de messages ont pu être échangés entre des prisonniers de guerre, des internés civils et des civils des régions occupées et leurs familles.

L'ensemble des Archives de l'AIPG comprend :

  - Plus de 6 millions de fiches sous forme de listes contenant des noms (identités) de prisonniers de guerre et des informations les concernant, transmises par les Puissances détentrices. Ces listes sont organisées en séquences de pages foliotées, par Puissance détentrice et/ou par nationalité des prisonniers

     

  - 2'000 registres (450'000 pages) . Fichiers d'index, créés par l'Agence, qui renvoie aux pages de listes pertinentes. Les cartes (fiches) d'index sont classées par nom; les fichiers sont organisés par nationalité, plus précisément par Armée nationale dont dépend un prisonnier participant aux hostilités

     

  - 200 boîtes de correspondance générale comprenant des procès-verbaux et des rapports de la Direction et des Services généraux de l'Agence.

Ces archives ont une importante valeur historique et symbolique. Conservées au CICR, plusieurs séries sont exposées au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-RougeMémoire du Monde par l'Unesco . Elles ont été inscrites au registre de la en 2007.

En 2006, le CICR a décidé de mener un projet de restauration et de numérisation dans le but de renforcer leur préservation et de faciliter leur consultation. En 2014, l'ensemble de ces archives sera mis à la disposition du public via Internet.

 
Programme de restauration 
 

Durant les années 1920 à 1980, beaucoup de documents ont été endommagés. Le vieillissement naturel du papier, ainsi que les sollicitations fréquentes des documents, ont mené à une présence régulière de plis, de déchirures et de dommages de reliure. Plus préoccupant, les périodes de forte humidité que ces archives ont subies, ont favorisé l'action de microorganismes. Ceux-ci ont colonisé une partie importante des documents occasionnant des dommages importants, allant de la coloration discrète à la destruction de bouts de pages.

Depuis 2006, plusieurs ateliers externes de restauration coopèrent à la réalisation de ce projet, selon les principes éthiques de la profession. L'analyse des dommages, le contrôle de qualité, ainsi que le suivi des protocoles de restauration, sont assumés par le personnel des Archives du CICR. Celui-ci effectue également le nettoyage général des documents et les travaux de préparation et de conditionnement. Le CICR est conseillé par un expert scientifique en conservation du papier pour l'ensemble de la gestion du programme.

 
Projet de numérisation 
 

Le programme de numérisation vise à la sauvegarde de l'information et à la production d'une copie pour des raisons de sécurité. Le format digital permettra également au CICR de donner au public un accès généralisé à l'un de ses fonds les plus prestigieux.

Le début des travaux de numérisation est fixé à l'été 2010. Plusieurs types d'équipements technologiques seront nécessaires pour la production des 10 millions d'images de listes de prisonniers, dont les originaux varient de format et de qualité. Dans ce contexte, les données descriptives des images seront consolidées et enrichies, afin de rationaliser la gestion et de renforcer les fonctions de la recherche d'informations.

Il est prévu de confier la majorité des travaux à des ateliers spécialisés. Les dossiers à structure complexe seront numérisés par le personnel des Archives du CICR. Celui-ci assurera par ailleurs les travaux de préparation et de reconditionnement, ainsi que la consolidation des metadonnées.

Voir aussi : Inscription au Registre du monde de l'UNESCO