• Envoyer
  • Imprimer

"Envie de vivre autre chose et d'aider les gens en difficulté"

05-03-2009 Éclairage

Marine, 33 ans, travaille au CICR depuis 2005. Après une formation de cinq mois à Genève, elle a effectué des missions comme assistante au Koweït, en Ouganda, et au Tchad. Elle est actuellement en poste à Peshawar, au Pakistan. Témoignage.

« Après quelques années passées dans une multinationale où le maître mot était " chiffre d'affaires " , j'avais envie de vivre autre chose et d'aider des gens en difficulté. En tant que assistante, je n'aide pas directement les populations qui sont dans le besoin. Mais en soutenant les équipes qui travaillent tous les jours sur le terrain, j'y contribue, et c'est déjà beaucoup !

Pour moi, chaque jour est un jour différent. Le travail est très varié. Il dépend du contexte et de la délégation dans lesquels on est affecté, mais également de sa propre capacité à s'immerger dans le travail de l'équipe et d'assurer son rôle de soutien.

Mes principales responsabilités relèvent de la gestion de l'information, du respect des règles en matière de communication interne, de leur enseignement aux autres collègues, et de l'assistanat aux cadres de la délégation.

Ce que je trouve particulièrement intéressant, c'est d'être l'une des principales sources d'information, au sein de la délégation, pour les autres membres de l'équipe. Aider à retrouver un message, soutenir l'organisation d'un séminaire, assister aux réunions et en assurer la prise de notes, aider un collègue à planifier son retour de mission, informer les nouveaux venus de ce qu'il est possible de faire durant le week-end, etc. Cette liste est loin d'être exhaustive.

Parfois, je suis allée sur le terrain pour donner un coup de main à nos équipes. Ces sorties sont un réel enrichissement. Elles me permettent de participer plus activement à l'action, par exemple lors de distributions d'aide aux populat ions dans le besoin.

  Le défi de la vie en commun  

Sur le plan personnel, l'un des défis les plus importants est la vie en commun avec des collègues venant des quatre coins du monde et aux habitudes souvent très différentes. Cela peut être parfois intimidant, mais l'expérience et les échanges humains n'en sont que plus intéressants.

Tout n'est pas toujours rose, cependant. Le fait que la famille soit à des milliers de kilomètres et qu'elle s'inquiète de me savoir dans un pays en guerre provoque quelques petits coups de cafard. Cela dit, mes collègues vivent la même situation et, sur ce point aussi, les échanges sont enrichissants. Ouvrir les colis envoyés par la famille est toujours un moment intense, et recevoir des lettres et emails des amis un vrai plaisir !

Bref, je vis une expérience enrichissante à plus d'un titre. J'ai découvert des pays très différents du mien, je côtoie des collègues culturellement différents qui deviennent autant d'amis, et même si je ne suis qu'un rouage de la chaîne, je fais quelque chose d'utile pour aider les autres. »