Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Solférino et le Comité international de la Croix-Rouge

23-06-2009 Éclairage

Contexte, faits et chiffres - juin 2009

     
    ©ICRC / hist-00110      
   
La bataille de Solférino.      

       

Solférino et Henry Dunant en bref :

La bataille de Solférino s’est déroulée dans le nord de l’Italie le 24 juin 1859. Épisode décisif de la lutte pour l’unité italienne, elle a également été un moment cruci al dans l’évolution de l’humanitarisme moderne. La bataille de Solférino est à l’origine du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des Conventions de Genève.

Rappel de quelques faits sur le CICR :  

  • Contrairement aux idées répandues, le CICR n’est ni une organisation non gouvernementale (ONG), ni une organisation internationale. Il ne s’agit pas non plus d’un organe interétatique. Le CICR est une agence privée régie par un comité composé de 15 à 25 membres exclusivement suisses qui déterminent la politique et décident de la stratégie à suivre.

  • La guerre entre l’Allemagne et le Danemark de 1864 a été la première guerre à éclater après la création de la Croix-Rouge. Deux délégués furent envoyés sur les lieux des combats pour y servir d’intermédiaires neutres. À la fin 1914, l’équipe du Comité, initialement constituée de dix membres, s’est étoffée de 1 200 volontaires et a rémunéré du personnel chargé d’examiner minutieusement les milliers de demandes d’informations concernant les civils disparus dans le chaos de la Première Guerre mondiale.

  • À ce jour, le CICR compte environ 11 800 collaborateurs dans le monde, dont 9 500 locaux et plus de 1300 délégués expatriés.

  • Jusqu’au début des années 90, seuls les citoyens suisses avaient le droit de travailler comme délégués du CICR à l’étranger. Aujourd’hui, près de la moitié du personnel international du CICR n’est pas de nationalité suisse.

  • Environ 90% des fonds du CICR proviennent des États, l’institution est néanmoins indépendante de tout gouvernement.

  • Le CICR a demandé aux donateurs plus de 1,1 milliard de francs suisses pour financer ses activités en 2010, avec un budget opérationnel initial de 983 millions de francs, proche de son niveau record.

  • Le CICR est présent dans 80 pays dans le monde et vient en aide à quelque 15 millions de personnes par an en exécutant des projets dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de la construction.

  • En 2009, l’institution a visité près d’un demi-million de détenus dans 74 pays et dans les centres de détention de quatre tribunaux internationaux afin de s’assurer de leurs conditions de détention.

  • Le CICR a réuni 1 025 enfants avec leurs familles en 2009, et près de 509 000 messages Croix-Rouge ont été recueillis ou distribués (dont 143 000 échangés entre des détenus et leurs familles), permettant aux proches séparés par un conflit armé d’échanger des nouvelles.

  • De 2008 à 2009, le nombre de personnes ayant reçu des soins dans des structures de santé soutenues par le CICR a augmenté de plus d’un tiers, passant de quelque 3,5 millions à près de 5,6 millions.

  • En 2009, le CICR a distribué de la nourriture à plus de quatre millions de personnes.

  • Le CICR est le garant des Conventions de Genève et le gardien du droit international humanitaire qui expose les règles de la guerre.

  • Les plus vastes opérations de l’institution comprennent le Soudan, la Somalie, l’Irak, l’Afghanistan, Israël et les territoires occupés et autonomes, la République démocratique du Congo, la Colombie, Sri Lanka, le Tchad et le Pakistan.

  • La devise du CICR est Inter Arma Caritas (charité entre les armes).

     Voir aussi : Notre monde. Perspectives du terrain. L'impact des conflits et de la violence armée sur les civils