• Envoyer
  • Imprimer

Liban : activités du CICR en 2012

21-01-2013 Bulletin du terrain

Bulletin de la délégation du CICR à Beyrouth.

 Lorsque les réfugiés ont commencé à affluer au Liban depuis la Syrie, la délégation du CICR à Beyrouth a tout de suite réagi en aidant la Croix-Rouge libanaise à transférer les blessés, en finançant la prise en charge des cas les plus urgents et en fournissant une assistance à plus de 30 000 réfugiés, y compris des Palestiniens provenant de camps en Syrie.

Le CICR a également contribué à faire en sorte que les réfugiés soient en sécurité au Liban, en persuadant les autorités libanaises de respecter le principe de non-refoulement.

« Bien que les réfugiés ne relèvent pas en premier lieu du mandat du CICR, nous sommes une institution humanitaire présente depuis longtemps au Liban et dans la région. Nous avons évidemment voulu leur venir en aide, explique Jürg Montani, chef de la délégation du CICR à Beyrouth. Nous sommes intervenus lorsque d’autres organisations humanitaires ou les autorités ne pouvaient pas le faire, ou pas immédiatement, ou lorsque nous disposions de compétences particulières. »

Dans le même temps, le CICR a poursuivi les activités qu’il menait déjà dans le pays. En 2012, il a notamment commencé à récolter des informations détaillées sur chaque personne disparue pendant ces dernières décennies en raison du conflit et de la violence au Liban.

L’institution a également continué à visiter les personnes détenues dans des prisons et autres lieux de détention afin d’observer leurs conditions de détention et le traitement qui leur était réservé, et œuvré avec les autorités pénitentiaires à l’amélioration des conditions d’hygiène et des soins de santé dispensés aux détenus.

Dans les camps palestiniens, le CICR a mené à bien un programme de cinq ans visant à améliorer les soins médicaux dans les hôpitaux gérés par le Croissant-Rouge palestinien ; il a par ailleurs organisé des séances de formation aux premiers secours pour les communautés et les porteurs d’armes.

Parallèlement, un soutien opérationnel et une planification d’urgence conjointe avec le principal partenaire libanais du CICR, la Croix-Rouge libanaise, ont permis de faire en sorte que celle-ci puisse répondre à toutes les urgences de manière efficace.

En 2012, le CICR a notamment :

  • recueilli des informations détaillées sur 612 personnes portées disparues afin d’aider à découvrir ce qu’elles sont devenues ;
  • visité 5 183 détenus dans 16 lieux de détention ;
  • rapatrié 15 civils et les dépouilles de six ressortissants libanais depuis Israël, en sa qualité d’intermédiaire neutre entre les deux pays ;
  • organisé des cours et des ateliers sur le traitement des patients blessés par arme, auxquels ont participé plus de 150 médecins et infirmières qui s’occupaient de blessés syriens ;
  • financé la rénovation de dix centres destinés aux services médicaux d’urgence de la Croix-Rouge libanaise, ainsi que la formation de 3 783 volontaires dans l’ensemble du pays ;
  • fourni du matériel médical et informatique à des postes de services médicaux d’urgence et entretenu 168 ambulances des services médicaux d’urgence ;
  • distribué des biens de première nécessité (notamment des vivres, des matelas, des couvertures, des kits familiaux d’articles d’hygiène, des ustensiles de cuisine et d’autres articles ménagers) à plus de 30 000 réfugiés provenant de Syrie, y compris 10 700 Palestiniens venant de camps syriens.