• Envoyer
  • Imprimer

Égypte : la création d'équipes d'intervention d'urgence a été opportune

09-09-2013 Interview

Les équipes d'intervention d'urgence de la Société du Croissant-Rouge égyptien ont aidé à évacuer et à traiter de nombreuses personnes blessées lors des récents affrontements. Marianne Gasser, chef de la délégation du CICR au Caire, souligne l'engagement indéfectible dont ces équipes font preuve malgré la situation instable du pays.

Quelle situation prévaut actuellement en Égypte et quelles sont vos principales préoccupations ?

Nous avons constaté avec grande inquiétude l'intensité de la violence qui a secoué le pays en juillet et en août, lorsque des centaines de personnes ont été tuées et des milliers d'autres blessées. Au plus fort des incidents, notre principale préoccupation était de veiller à ce que toutes les personnes impliquées dans les affrontements respectent la vie et la dignité humaine. L'afflux soudain d'un si grand nombre de personnes grièvement blessées, et leurs besoins en soins médicaux, figuraient au nombre des autres questions que nous avons suivies de près. La situation est aujourd'hui beaucoup plus calme qu'à la mi-août, et nous espérons que l'Égypte ne connaîtra plus d'autres violences.

Quel soutien avez-vous été en mesure d'apporter aux blessés ?

Nous n'avions pas de personnel médical du CICR dans le pays lors des affrontements. Cependant, depuis 2011, le CICR et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aident la Société du Croissant-Rouge égyptien à mettre en place et à former une trentaine d'équipes d'intervention d'urgence et leur acheminent régulièrement des secours médicaux et du matériel de pansement.

Récemment, nous avons fourni à la Société du Croissant-Rouge égyptien des équipements et du matériel supplémentaires, ainsi que cinq véhicules pour faciliter le déploiement de leurs équipes si la violence venait à éclater. Nous avons aussi aidé la Société du Croissant-Rouge égyptien à remettre en état un de ses bâtiments qui abrite sa banque de sang, une unité de physiothérapie et un centre pour jeunes. Le bâtiment avait été endommagé par un incendie lors des affrontements d'août.

Les équipes d'intervention d'urgence sont venues en aide aux personnes blessées lors d'innombrables manifestations au Caire, à Alexandrie, à Port Saïd et dans d'autres villes. Depuis novembre 2011, les équipes ont administré les premiers soins à plus de 4 000 blessés – dont plus de 800 lors des derniers événements. Dans des conditions parfois dangereuses, les volontaires de la Société du Croissant-Rouge égyptien ont travaillé côte à côte avec des ambulanciers, des médecins, du personnel infirmier et autres personnels de santé des hôpitaux gouvernementaux et sur le terrain pour évacuer les blessés, quelle que soit leur affiliation politique. Leur engagement désintéressé et impartial est très louable.

Est-ce que le CICR visite des personnes détenues en relation avec la situation actuelle ?

Non, nous ne visitons pas actuellement de détenus en Égypte. Nous ne disposons pas de chiffres précis, mais, selon les rapports publics, des centaines de personnes auraient été arrêtées et détenues ces dernières semaines et cela nous préoccupe beaucoup.

Le but des visites du CICR dans les 97 pays où nous visitons des détenus est purement humanitaire. Notre proposition de visiter les détenus afin d’évaluer leurs conditions de vie et le traitement qui leur est réservé s'inscrit dans le cadre de notre dialogue permanent avec les autorités égyptiennes depuis plusieurs années, y compris pendant les événements de 2011 et 2013. Elle se fonde sur le droit d'initiative humanitaire, conformément au mandat conféré à notre organisation par la communauté internationale, tel qu'il figure dans les statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il est d'usage de partager nos constatations et observations uniquement avec les autorités concernées.

Quelles sont vos priorités aujourd'hui et pour un avenir proche ?

Les événements de ces derniers mois ont montré que la décision de mettre en place des équipes d'intervention d'urgence a été opportune et appropriée. Au cours des prochaines semaines, nous aiderons la Société du Croissant-Rouge égyptien à former 30 autres équipes dans le pays. Tout en espérant qu'il n'y aura plus de violence, le CICR est prêt à envisager la possibilité de soutenir les autorités sanitaires dans l'assistance qu'ils apporteraient aux victimes d'autres incidents violents, si de tels incidents venaient à se produire. Nous poursuivrons aussi nos discussions confidentielles avec le gouvernement de transition sur la question des visites aux personnes détenues en relation avec les événements.


Photos

Une équipe d'intervention d'urgence de la Société du Croissant-Rouge égyptien apportant une assistance médicale au Caire. 

Une équipe d'intervention d'urgence de la Société du Croissant-Rouge égyptien apportant une assistance médicale au Caire.
© Société du Croissant-Rouge égyptien / v-p-eg-e-00042

Une des nombreuses équipes d'intervention d'urgence de la Société du Croissant-Rouge égyptien au Caire. 

Une des nombreuses équipes d'intervention d'urgence de la Société du Croissant-Rouge égyptien au Caire.
© Société du Croissant-Rouge égyptien / v-p-eg-e-00041