• Envoyer
  • Imprimer

Médaille Florence Nightingale : la reconnaissance méritée des infirmiers

13-08-2010 Interview

Dans les situations de crise, les infirmières et infirmiers doivent souvent travailler dans des conditions proches de celles qui prévalaient au temps de Florence Nightingale. Sabine Helbig, infirmière en chef au CICR, décrit les difficultés que rencontrent les infirmiers dans les pays touchés par un conflit armé ou une catastrophe naturelle et nous parle de l'héritage de Florence Nightingale et de la médaille créée en mémoire de son action.

Communiqué de presse :

    Haïti : trois Haïtiens reçoivent la prestigieuse médaille Florence Nightingale



Articles :     Florence Nightingale : un héritage qui perdure

    Haïti : Florence Nightingale de Port-au-Prince

    Afghanistan : sur les traces de Florence Nightingale

    Joyce Hood : perpétuer l’héritage de Florence Nightingale

  Vidéos :

    Joyce Hood soigne les personnes âgées en Ossétie du Sud

    Jude Célorge, gagnant Haïtien de la médaille Florence Nightingale, sauve des vies à Cité Soleil

  Publications :

    Dépliant sur la médaille Florence Nightingale

    La médaille Florence Nightingale - poster

   
       
    ©Croix-Rouge américaine/Talia Frenkel      
   
     
               
    ©CICR/P. Yazdi/so-e-00360      
   
    Région de Bakool, Garanswayn. Une infirmière examine un enfant en présence de sa mère à un clinique géré par le Croissant Rouge Somalien.      
   
               
    ©CICR/M. Kokic      
   
    Kandahar, Afghanistan. Une infirmière du CICR chargée de l'enseignement examine un enfant dans la section pédiatrique de l'hôpital Mirwais.      
   
               
    ©Japanese Red Cross/jp-e-00178      
   
    Japan. Cérémonie lors de la remise de la médaille Florence Nightingale.      
   
           
     
     
   
    Sabine Helbig, infirmière en chef au CICR      
          Qu'est-ce que la médaille Florence Nightingale ?
 

La médaille Florence Nightingale est la plus haute distinction internationale qu'une infirmière ou un infirmier puisse recevoir. Elle rend hommage aux personnes qui ont fait preuve d'un courage et d'un dévouement remarquables en venant en aide aux victimes d'un conflit ou d'une catastrophe naturelle, ou récompense des services exemplaires ou un esprit créatif et novateur dans le domaine de la santé publique ou de la formation aux soins infirmiers.

Au total, 1340 infirmières et infirmiers exceptionnels à travers le monde ont reçu la médaille, qui porte le nom de la principale pionnière de la réforme des soins infirmiers modernes, depuis sa première attribution en 1920. Les précédents lauréats viennent de pays aussi divers que le Botswana, la Russie, l'Afghanistan, l'Équateur, l'Azerbaïdjan et la Mongolie, mais ils étaient unis dans leur esprit et dans leur détermination à perpétuer l'héritage de Florence Nightingale, une source d'inspiration pour d'innombrables infirmiers dans le monde.

La médaille peut être décernée à des infirmières ou à des infirmiers diplômés et à des auxiliaires de santé, membres actifs ou collaborateurs réguliers d'une Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge ou d'une institution de soins médicaux ou infirmiers affiliée. Les candidats doivent être désignés par leur Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge. Le CICR, qui décerne la médaille tous les deux ans, opère la sélection finale.

Au CICR, nous tenons à nous assurer que les infirmiers reçoivent la reconnaissance qu'ils méritent. Nous encourageons les personnes à prendre contact avec leur Société nationale si elles connaissent un membre du personnel infirmier exceptionnel dont la candidature devrait être examinée.

  Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les infirmiers et les auxiliaires de santé qui travaillent dans des pays touchés par un conflit armé ou une catastrophe naturelle ?  

     

Ces difficultés sont nombreuses, alors si vous me le permettez, je ne vais en mentionner que quelques-unes parmi les plus importantes.

Avant tout, il est certain que les conditions de sécurité peuvent constituer un obstacle majeur. Bien entendu, les problèmes ne sont pas les mêmes après une catastrophe naturelle ou dans un conflit armé. Lors d'une catastrophe, les infirmiers et les autres agents de santé sont généralement préoccupés par la stabilité des structures qu'ils utilisent. Ils doivent s'assurer qu'elles sont solides et à même d'accueillir un plus grand nombre de malades et de blessés.

Durant un conflit armé, les infirmiers et les auxiliaires doivent souvent exercer leur métier sous les bombardements, au milieu des fusillades ou à proximité des explosions. Naturellement, ils craignent pour leur sécurité et celle de leurs patients, mais même s'ils ont peur, ils doivent rester concentrés sur leur tâche. Les déplacements liés au travail peuvent être dangereux à cause des combats, et le personnel de santé peut se retrouver confiné dans une zone donnée pour sa propre protection et sa sécurité.

Une autre difficulté souvent rencontrée par les infirmiers dans ce type de crise est qu'ils doivent traiter des blessures auxquelles ils n'avaient jamais été confrontés auparavant. Ils doivent alors être capables de réfléchir vite pour prendre des mesures rapides et adaptées. De plus, lorsqu'il y a de nombreux blessés, les infirmiers et les auxiliaires ne peuvent en principe pas consacrer autant de temps à chaque patient que dans des conditions normales. Ils doivent travailler plus longtemps et résister à la fatigue. Si leurs collègues fuient la région (à cause de l'intensité des combats, par exemple), les infirmiers doivent auss i compenser le manque d'un appui qui leur fait cruellement défaut.

Dans les situations de crise, les infirmiers et les auxiliaires qui travaillent dans leur propre pays font face à une épreuve supplémentaire : ils s'inquiètent de la sécurité et du bien-être de leur famille et de leur communauté, ce qui peut être épuisant d'un point de vue émotionnel. Ils peuvent même être amenés à traiter des patients qu'ils connaissent personnellement, dont certains sont peut-être grièvement blessés. Lorsqu'un tel cas se produit, il peut être vraiment difficile de rester impartial.

Il faut être fermement attaché aux idéaux de la profession d'infirmier pour surmonter ce genre de difficultés.

  Les soins infirmiers sont au cœur du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Comment les infirmiers et les auxiliaires de santé soulagent-ils la souffrance des personnes touchées par les guerres ou les catastrophes naturelles ?  

     

On ne saurait sous-estimer la contribution du personnel infirmier dans les situations de crise. Les soins infirmiers sont une activité essentielle du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge depuis ses tout débuts, en 1859, lorsque Henry Dunant et les femmes de Castiglione (Italie) travaillaient côte à côte pour soigner les soldats qui avaient été blessés dans la bataille de Solférino. Cette expérience a appris à Henry Dunant l'importance d'infirmiers volontaires motivés et qualifiés. Par la suite, il a œuvré sans relâche à la création de sociétés de secours où des infirmiers prendraient soin des soldats blessés en temps de guerre.

Sans infirmiers ni auxiliaires de santé, il serait quasiment impossible de soigner les blessés et les malades, et peu d'entre eux survivraient. Par exemple, une opération ne peut être effectuée que s'il y a des infirmiers disponibles pour prodiguer les soins post-opératoires. Dans les hôpitaux, les infirmiers et les auxiliaires sont chargés de changer les pansements, d'assurer le respect de strictes normes d'hygiène et, dans certains pays, de veiller à ce que les patients bénéficient d'une nutrition adéquate, ce qui est essentiel pour conserver un système immunitaire robuste.

Non seulement les infirmières et infirmiers traitent et réconfortent les patients, mais en plus, ils aident souvent les familles en les tenant informées et en les conseillant sur la façon de prendre soin de leurs proches. Ils apportent la touche d'humanité indispensable à tout rétablissement.

  Dans les situations de crise, la pression qui s'exerce sur     le personnel infirmier est extrême. Quelles qualités faut-il avoir pour travailler en tant qu'infirmier dans ce contexte ?  

Lors d'une crise, tout le monde est mis sous pression. Du courage, de la compassion et de l'engagement – les qualités récompensées par la médaille Florence Nightingale – sont nécessaires pour gérer des situations auxquelles peu de gens sont préparés. Et pour tenir le coup et travailler efficacement, les infirmiers doivent aussi faire preuve de maturité, de calme et de flexibilité.

Le métier d'infirmier est une vocation. Pour l'exercer, il faut avoir un sens affirmé de la responsabilité et une volonté sincère d'aider les autres. Pour travailler en tant qu'infirmier dans une situation de crise, il faut aussi être prêt à prendre toutes les mesures qui s'imposent. Il faut pouvoir gérer la pression et prendre spontanément les problèmes en main .

  Florence Nightingale a consacré sa vie à améliorer les soins de santé et à promouvoir la profession d'infirmier. Comment son héritage se perpétue-t-il aujourd'hui ?  

     

Florence Nightingale était en avance sur son temps, et ce qui est fabuleux, c'est que nous suivons toujours ses conseils 150 ans plus tard. Aujourd'hui, certaines de ses idées peuvent paraître évidentes, mais à l'époque elles étaient progressistes. La science nous permet maintenant de comprendre l'impact des germes et la nécessité de respecter les règles d'hygiène. Pourtant, Florence Nightingale a su ce qu'il fallait faire en s'appuyant simplement sur des observations attentives, et ses efforts ont été cruciaux pour faire évoluer les attitudes et les comportements en ce qui concerne l'hygiène dans les systèmes de santé du monde entier.

La créativité de Florence Nightingale était aussi impressionnante que son don de l'organisation légendaire. Elle évaluait les problèmes avec minutie, les analysait et était capable d'y réfléchir de façon novatrice pour trouver des solutions. Dans un conflit armé ou suite à une catastrophe naturelle, ces compétences sont essentielles. L'évaluation et l'analyse des besoins des patients sont un aspect décisif du travail des infirmiers.

Dans les pays développés, les infirmiers ont les outils et l'équipement nécessaires pour traiter leurs patients, mais dans les pays en développement, en particulier lorsque le système de santé s'est effondré à la suite d'une crise, ils continuent de travailler dans des conditions qui ne sont peut-être pas très différentes de la situation habituelle à l'époque de Florence Nightingale.

Florence Nightingale était vraiment résolue à faire en sorte que le personnel infirmier reçoive une formation professionnelle et qu'il soit reconnu pour le rôle qu'il joue. Dans de nombreux pays du monde, le statut de la profession reste bas. C'est pourquoi il faut poursuivre l'œuvre de Nightingale pour s'assurer que les infirmiers puissent acquérir les compétences dont ils ont besoin et que leurs contributions soient reconnues. Atteindre ce but exigera l'une des qualités mises en valeur par la médaille Florence Nightingale : l'engagement.