• Envoyer
  • Imprimer

Les guerres balkaniques (1912-1913)

06-04-1998

Lors de l’éclatement des hostilités entre l’Empire ottoman et une coalition d’États (Bulgarie, Grèce, Monténégro et Serbie), le CICR ouvre une agence de secours à Belgrade et envoie des délégués pour visiter les prisonniers et contrôler la distribution des secours

Le congrès de Berlin de 1878 refuse le projet de "Grande Bulgarie" et rétablit la domination ottomane sur la Macédoine, laquelle est ensuite en proie à une agitation constante.
 
En octobre 1912, la Bulgarie, la Serbie, la Grèce et le Monténégro déclarent la guerre à l'empire ottoman et remportent la victoire. Le 3 décembre 1912, l'empire demande l'armistice, mais les hostilités reprennent brièvement au printemps 1913. L'hégémonie turque en Macédoine s'achève avec ce conflit.
 
Mais l'alliance des vainqueurs cesse avec la fin de cette première guerre balkanique. Une seconde guerre balkanique oppose la Bulgarie à une coalition formée de la Serbie, de la Grèce, de la Roumanie et de la Turquie. Le 30 juillet 1913, la Bulgarie, vaincue, dépose les armes.
 
Le 16 novembre 1912, le Comité international de la Croix-Rouge annonce l'ouverture, à Belgrade, d'une Agence internationale de secours aux blessés et aux prisonniers, placée sous la direction du consul de Suisse. Sa tâche principale est la centralisation des renseignements sur les blessés et les prisonniers de guerre. L'Agence dresse la liste de tous les militaires turcs en captivité en Serbie ; les délégués du CICR visitent les camps et s'enquièrent aussi du sort des militaires blessés ou portés disparus. Quant à la Croix-Rouge bulgare, elle n'obtient pas d'informations sur les Turcs capturés dont elle ne recevra la liste qu'à la fin des combats. Les autorités ottomanes ne communiquent aucun renseignement sur les prisonniers qu'elles détiennent.
 
Un délégué du Comité international de la Croix-Rouge se rend, en novembre et décembre 1912, en Serbie, en Bulgarie, au Monténégro et en Grèce. Il visite les ambulances, au front et à l'arrière ; il se préoccupe aussi de la recherche des blessés sur le champ de bataille, de l'identification des blessés et de l'organisation des soins à l'arrière.
 
Un deuxième délégué du CICR se rend au printemps 1913 en Serbie, en Turquie et en Grèce.
 
Ces deux missions ont donc essentiellement permis de fournir au CICR à Genève des informations sur le fonctionnement de l'assistance volontaire aux blessés et sur la transmission de renseignements sur le sort des prisonniers de guerre.


Photos

Guerre des Balkans, 1912. Le choléra dans l'armée turque.  

Guerre des Balkans, 1912. Le choléra dans l'armée turque.
© ICRC / hist-00274