Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Libération de prisonniers en Ex-Yougoslavie

29-01-1996 Communiqué de presse 96/4

Genève (CICR) - Beat Schweizer, chef de la délégation du CICR à Sarajevo, a fait la déclaration suivante, à 10 h 00 GMT, concernant la libération de prisonniers intervenue en ex-Yougoslavie.

" Ces deux derniers jours, plus de 500 prisonniers ont été libérés par tous les anciens belligérants. Ces prisonniers ont maintenant retrouvé leur famille, certains après une séparation de plusieurs années. À ce propos, le CICR tient à remercier toutes les parties pour les efforts qu'elles ont déployés dans ce but. Ces libérations représentent une partie importante de la mise en uvre de l'accord de paix et elles sont devenues réalité grâce à l'appui énergique apporté par le haut représentant et la communauté internationale. Le CICR remercie tout particulièrement les unités de l'IFOR de leur soutien au cours de l'opération.

Malgré ces libérations, une centaine de personnes sont cependant toujours détenues en relation avec le conflit. Parmi elles, 63 font l'objet d'enquêtes pour crimes de guerre menées par chacune des trois parties. Conformément à son mandat, le CICR continuera de visiter tous ces prisonniers.

De même, le CICR fera le nécessaire dès qu'il aura obtenu des renseignements concernant toute autre personne qui serait encore détenue. À cette fin, des listes de prisonniers connus dont on est sans nouvelles ont été transmises aux parties et le CICR attend une réponse quant au sort de ces personnes. Le gouvernement bosniaque ne lui a toujours pas accordé l'accès aux personnes détenues dans la section militaire de la prison de Tuzla.

Par ailleurs, un groupe de travail comprenant les trois parties ains i que des représentants de la communauté internationale sera mis en place prochainement. Il aura pour tâche de déterminer le sort de milliers d'autres personnes qui n'ont toujours pas été retrouvées. Les familles concernées ont le droit d'obtenir des précisions sur ce qu'il est advenu de leurs proches, et ce, dès que possible. "