Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Le CICR se félicite de l'entrée en vigueur du Protocole des Nations Unies limitant l'emploi des mines terrestres

05-06-1998 Communiqué de presse 98/23

Genève (CICR) — Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se félicite de la ratification par un 20e État du Protocole II modifié annexé à la Convention de 1980 sur certaines armes classiques, intervenue le 3 juin 1998. Cette ratification, par le gouvernement de la Lituanie, va permettre l'entrée en vigueur de ce traité de droit international humanitaire le 3 décembre 1998. Le Protocole II modifié, qui a été adopté en 1996 après trois années de négociations, limite l'emploi et le transfert de toutes les mines terrestres, ainsi que l'emploi de pièges et autres dispositifs explosifs. Le fait que les États ne se soient pas mis d'accord sur des restrictions plus rigoureuses à propos des mines antipersonnel a conduit aux négociations en 1997 qui ont débouché sur le traité d'Ottawa. Celui-ci interdit la mise au point, la production, le stockage, le transfert et l'emploi de ces engins qui frappent sans discrimination.

Bien que le CICR considère l'adhésion au traité d'Ottawa comme une priorité absolue, il continue d'encourager les États à ratifier le Protocole II modifié, étant donné que celui-ci limite également l'emploi et le transfert des mines terrestres, des mines antichars et d'autres armes non couvertes par le traité d'Ottawa. Le CICR est particulièrement préoccupé par les possibles conséquences humanitaires qui découleraient de l'emploi généralisé et irresponsable des mines antichars mises en place à distance. En outre, pour les États qui ne sont pas encore prêts à interdire les mines antipersonnel totalement, le Protocole II modifié représente un progrès par rapport à la version originale adoptée en 1980.