• Envoyer
  • Imprimer

Bulletin quotidien de la XXVIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, no. 3

03-11-1999

La Commission plénière a débuté ses travaux hier sous la présidence de l’Ambassadeur Boris Shikhmuradov. Au cours de la matinée, elle a été saisie de deux rapports et elle a entamé le débat sur le thème I du projet de Plan d’action.

  Rapport sur le droit international humanitaire  

Le professeur Lucius Caflisch, président de la première Réunion périodique sur le droit international humanitaire, a présenté un rapport succinct sur la réunion, tenue à Genève en janvier 1998. Exposant dans les grandes lignes ses deux thèmes principaux, à savoir la sécurité du personnel humanitaire et les conflits armés liés à la désintégration des structures étatiques, le professeur Caflisch a relevé : « Ces sujets sont aujourd’hui plus opportuns que jamais. Lors de la réunion, nous avons proposé un large éventail d’idées auxquelles la présente Conférence est chargée de donner suite. » Il a expliqué que les participants avaient débattu des problèmes engendrés par le manque de respect à l’égard du personnel humanitaire et l’absence de structures étatiques, avant de proposer des moyens d’y remédier. Le professeur a estimé que la situation internationale actuelle confirmait la valeur de ces remèdes, et a déclaré : « Je pense qu’il est nécessaire de mettre en pratique les conclusions que j’ai proposées, mais nous devons aussi organiser d’autres réunions périodiques. La mise en œuvre du DIH exige des efforts quotidiens et inlassables et, quelle que soit la lassitude, il est vital de persévérer. »

  Rapport sur le centenaire de la première Conférence sur la paix  

En 1995, l’Assemblée générale des Nations Unies a chargé la Fédération de Russie et les Pays-Bas de conduire les travaux préparatoires de la troisième Conférence internationale sur la paix. Les célébrations qui ont marqué cette année le centenaire de la première Conférence sur la paix se sont déroulées à La Haye, en mai, et à Saint-Pétersbourg, en juin. À La Haye, les discussions ont porté sur le désarmement, le droit international humanitaire et le règlement pacifique des différends, tandis que les débats de Saint-Pétersbourg ont été axés sur la mise en œuvre de normes internationales et des dispositions existantes. Le rapport sur les conclusions des célébrations du centenaire a été présenté à la 54e session de l’Assemblée générale. Résumant ce rapport, le représentant permanent de la Fédération de Russie, M. Vasily Sidorov, a déclaré : « Les progrès enregistrés dans le domaine du désarmement, de la limitation et du contrôle des armements, du développement des règles du DIH et de l’utilisation effective des mécanismes de règlement des différends sont étroitement liés au renforcement du système du droit international. » L’Ambassadeur Hans Heinemann, des Pays-Bas, a insisté sur l’importance de la prévention : « Nous devons aujourd’hui nous rendre compte qu’il est de notre devoir de prévenir les conflits et de contribuer à les résoudre avant que la situation ne se détériore, et surtout avant qu’il ne soit nécessaire d’appliquer le droit international humanitaire. »

  Respect accru pour le droit international humanitaire  

     

Mardi, la Commission plénière a aussi débattu du thème I du Plan d’Action pour les années 20 00-2003: la protection des victimes des conflits armés à travers le respect du droit international humanitaire. Plus de 50 délégués, représentant des Sociétés nationales, des gouvernements et des observateurs, ainsi que le CICR, sont intervenus dans le débat.

  • Le thème I comporte cinq objectifs, qui devraient être atteints grâce aux mesures spécifiques définies dans le Plan. Ces objectifs sont les suivants :

  • Le respect intégral, par toutes les parties à un conflit armé, des obligations qui sont les leurs en vertu du droit international humanitaire pour améliorer la protection et l'assistance à la population civile et autres victimes.

  • Une barrière efficace contre l'impunité garantie par la combinaison des traités internationaux et des lois nationales en matière de répression des violations du droit international humanitaire, et l'établissement d'un système équitable de réparations.

  • L'acceptation universelle du droit international humanitaire et l'adoption par les États de toutes les mesures nécessaires, à l'échelon national, pour garantir l'application de leurs obligations conventionnelles.

  • L'intégration, par tous les États, du droit international humanitaire dans les procédures et la formation des forces armées et des forces de sécurité, et la promotion de cette branche du droit auprès des organisations et institutions professionnelles et éducatives concernées par ce droit.

  • La fin de la tragédie humaine provoquée par les mines terrestres et l'établissement de contrôles efficaces de la disponibilité des armes et des munitions.
     

Un rapport sur les travaux de la Commission plénière sera présenté à la Conférence lors de la séance plénière de vendredi m atin.
 

Les deux autres thèmes dont est saisie la Commission – l’intervention humanitaire lors de conflits armés et d’autres catastrophes, et la stratégie de partenariat pour améliorer les conditions de vie des personnes vulnérables – seront débattus mercredi et jeudi.

 
Le Comité de rédaction, placé sous la présidence de l’ambassadeur Philippe Kirsch, a lui aussi entamé ses travaux mardi, en commençant par la discussion du thème I du Plan d’action. Dans l’après-midi, un groupe de travail du Comité de rédaction, présidé par l’ambassadeur Marika Fahlén, s’est penché sur le thème II du Plan d’action. Toutes les Sociétés nationales et tous les représentants des gouvernements peuvent assister aux travaux du Comité de rédaction, à composition non limitée, qui proposera samedi à la Conférence, pour adoption, le libellé final du Plan d’action et de la Déclaration de la Conférence.

  Les visages du Mouvement  

En une décennie, l’effectif des volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a baissé de plus de moitié dans le monde entier. Selon une nouvelle étude réalisée par la Fédération, leur nombre serait en effet passé de 220 millions en 1990 à 105

millions.

Cette défection n’est pas limitée à la Croix-Rouge, mais reflète une tendance généralisée qui touche une multitude d’organisations reposant sur le bénévolat, qu’elles soient religieuses, syndicales ou humanitaires. Elle découle d’une combinaison de facteurs sociaux et politiques parmi lesquels on peut citer le renforcement de l’individualisme, la disparition du système communiste de volontariat collectif, ou encore l’évolution du concept de service bénévole qui, de devoir civique, s’est mué en activité de loisir.

L’exposition de photographies 105 mi llions de volontaires de par le monde, dans le hall d’entrée du CICR, est un hommage rendu au travail des volontaires, qui sont la vie même du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

C’est Christopher Black, un Canadien âgé de 30 ans, qui est l’auteur des clichés exposés. En trois mois, il a photographié 255 personnes de 56 pays différents. Une affiche produite à l’occasion de la Conférence reproduit 105 de ces images.

«C’est un grand privilège pour moi, explique Christopher Black, d’avoir pu rencontrer un si grand nombre de personnes issues de tant d’horizons différents. Le voilà bien, le pouvoir du Mouvement.»

Dix des images des volontaires peuvent aussi être obtenues sous forme de cartes postales. Vous les trouverez en vente par paquets de cinq au stand des publications.

  Les engagements à ce jour  

Au cours de la journée d’hier, les engagements suivants ont été présentés :

  Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge :  
Arménie, Arabie saoudite, Brésil, Burkina Faso, Canada, Congo, Finlande, Gabon, Irlande, Koweït, Liban, Mali, Myanmar, pays nordiques, République tchèque, Royaume-Uni, Ouzbékistan, Suède, Syrie, Yémen, Yougoslavie.

  Gouvernements :  
Albanie, Croatie, Estonie, États-Unis, Finlande, France, Gabon, gouvernements nordiques, Madagascar, République lao, Royaume-Uni, Saint-Siège, Suède, Turkménistan.

  Observateurs :  
Gouvernement érythréen

  Vidéo sur les Balkans  

Une vidéo consacrée à la réaction du Mouvement à la crise au Kosovo sera projetée dans l’auditorium principal aujourd’hui à 12h30. Cette production de neuf minutes, intitulée Uncertain Future (Un avenir incertain) sera diffusée en anglais.

Le directeur du Département Europe de la Fédération, Bjorn Eder, ainsi que le délégué général du CICR pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord, Angelo Gnaedinger, présenteront le film.

La vidéo existe en anglais, français, espagnol et arabe. Pour en commander des exemplaires, laissez vos coordonnées au comptoir d’information et de presse, situé au rez-de-chaussée, à côté du café Internet.

  Bonne navigation !  

Le spectacle d’ouverture du 31 octobre - « Le pouvoir de l’humanité » a été placé sur le site Internet du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (www.redcross.alertnet.org et www.redcrescent.aletnet.org).

Le spectacle permet d’admirer des artistes du monde entier, parmi lesquels : Vanessa Mae, Riverdance, Manu Dibango et le Cirque du Soleil. Vous pouvez désormais visionner cette manifestation exceptionnelle, créée spécialement pour l’ouverture de la XXVIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sur le nouveau site Internet du Mouvement.

  Point presse  

Au cours des deux premiers jours de la Conférence, le service de presse a accrédité plus de 80 journalistes représentant des moyens d’information du monde entier. Des journaux, des agences de presse et autres médias du Japon, de Turquie et des États-Unis ont envoyé des journalistes pour rendre compte du déroul ement de la Conférence. Les médias suisses et européens étaient aussi bien représentés. Le bureau de la presse est administré conjointement par la Fédération et le CICR, avec l’appui des Sociétés nationales de Bulgarie et du Royaume-Uni.

  Les ateliers d’aujourd’hui  

  Lutte contre le SIDA dans les pays en développement - à partir de 17h00 à la salle B1, bâtiment de l’UIT  
Cet atelier a pour but de permettre aux participants d’échanger leurs expériences et de promouvoir davantage l’action du Mouvement en matière de lutte contre le SIDA. Les thèmes de discussion couvriront notamment la prévention du SIDA, l’éducation et l’amélioration de l’accès aux soins.

  Faire respecter le droit international humanitaire - À la recherche de mécanismes appropriés  - à partir de 17h00 à la salle B2, bâtiment de l’UIT  
La mise en place d’un système d’échange d’informations sur le droit international humanitaire et le réexamen du rôle de la « puissance protectrice » seront les deux principaux thèmes de discussion de cet atelier.

  Le projet SIrUS et les mécanismes de révision de la légalité des armes nouvelles » - à partir de 17h00 à la salle A, bâtiment de l’AELE  
Le « projet SIrUS : déterminer quelles armes causent des « maux superflus » se fonde sur une étude médicale des blessures subies par plus de 26 000 victimes d’armes. La genèse et la substance du projet seront présentés, accompagnés d’une description de la manière dont la méthode est déjà intégrée dans les procédures d’examen des armes de dif férents États.

Un forum sur la promotion d’une culture de la paix : les causes premières de la violence se tiendra également aujourd’hui. Les discussions porteront sur le rôle des hommes et des femmes dans la violence - de 13h00 à 17h00 à l’Auditorium Omega, Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.  

  Lancement d’un nouveau manuel  

Respecter et faire respecter le droit international humanitaire, un guide pratique à l’usage des parlementaires, produit conjointement par le CICR et l’Union interparlementaire, sera lancé officiellement à l’occasion d’une conférence de presse qui se tiendra aujourd’hui à 15h00 en salle 17.

  Astuce santé du jour  

La station assise prolongée aux réunions est source de tension et de raideur. Voici quelques exercices simples pour vous soulager. Commencez par les pieds: faites pivoter chaque pied lentement dans le sens des aiguilles d’une montre cinq fois de suite, puis cinq fois en sens inverse.

Haussez vos deux épaules et laissez-les retomber. Soulevez l’épaule gauche seule et laissez-la retomber, puis faites de même avec l’épaule droite. Répétez l’exercice cinq fois.

Pour la tête et la nuque: faites pivoter la tête lentement en dessinant un cercle, trois fois dans le sens des aiguilles d’une montre, puis trois fois en sens inverse. Laissez ensuite retomber la tête lentement vers l’avant, puis à gauche, puis à droite, et enfin en arrière. À répéter dix fois.

  Ce bulletin n’est diffusé qu’à titre d’information. Il ne constitue pas un compte rendu officiel.