Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Bosnie-Herzégovine : des réponses longues à venir pour les familles inquiètes

11-07-1996 Communiqué de presse 96/27

Les quelque 14 000 familles de Bosnie-Herzégovine qui ont déposé auprès du CICR des demandes de recherches concernant des proches disparus n'ont toujours pas reçu de nouvelles. Les questions insoutenables quant au sort de leurs pères, maris et frères sont restées sans réponse jusqu'ici. Toutefois, certaines familles seront bientôt informées. Le Groupe de travail sur les personnes disparues, créé et présidé par le CICR, s'est réuni le 9 juillet à Sarajevo. Les anciennes parties belligérantes ont fourni des informations sur plus de 200 cas qui seront maintenant vérifiés par recoupement par le CICR, avant que les familles ne soient informées.

Selon l'accord de Dayton, les parties se sont engagées à fournir, par l'intermédiaire des mécanismes de recherches du CICR, des informations sur toutes les personnes portées disparues. En outre, le CICR recueille des informations sur cette question auprès de toute autre source fiable et les transmet ensuite aux familles.

Depuis janvier 1996, presque 300 cas de personnes disparues ont été clos grâce aux informations recueillies par le Groupe de travail et le système de recherches du CICR. Sur les personnes recherchées faisant partie de ces cas, seules une vingtaine étaient vivantes. Toutefois, lorsque le CICR doit transmettre à une famille la terrible nouvelle de la mort d'un proche, cela permet au moins aux membres de la famille d'entamer le processus de deuil et de prendre des décisions quant à la manière d'envisager l'avenir.

" Les familles ont le droit de savoir " , estime Beat Schweizer, chef de la délégation du CICR pour la Bosnie centrale. " La résolution de ce problème dépend des anciennes parties belligérantes, car elles constituent inévitablement la source d'informations la plus importante. Bien que le processus de recherche de données soit en cours, il est malheureusement beaucoup trop lent pour les familles qui ont déjà attendu très longtemps de recevoir des réponses. "