Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Conflit Irak-Iran : reprise du processus de rapatriement ?

28-12-1996 Communiqué de presse 96/40

Genève (CICR) - Le 28 décembre, 722 prisonniers de guerre irakiens ont été libérés par les autorités iraniennes et rapatriés sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Cinq délégués du CICR, dont une infirmière, se sont rendus en République islamique d'Iran et se sont entretenus sans témoin avec chacun des prisonniers, afin de s'assurer de leur volonté d'être rapatriés. Accompagnés par les délégués, les prisonniers ont ensuite été conduits au poste-frontière de Mundharieh-Khosravi où ils ont été remis aux autorités de la République d'Irak. C'est la première opération de ce type qui a pu être organisée depuis mai 1993, bien qu'entre-temps l'Iran ait libéré à plusieurs reprises de petits groupes de prisonniers.

Le CICR estime que ce rapatriement unilatéral représente un pas important qui doit mener à une solution globale au lancinant problème des personnes encore en captivité suite à ce conflit. Il rappelle que des milliers de prisonniers de guerre irakiens détenus en Iran n'ont toujours pas pu rejoindre leur famille. Par ailleurs, le sort de dizaines de milliers de personnes disparues de part et d'autre demeure inconnu.

Le CICR en appelle aux Parties pour qu'elles coopèrent dans la recherche de solutions à ce drame humain qui perdure, - qu'il s'agisse de prisonniers de guerre ou de personnes disparues - et qui, huit ans après la fin des hostilités, affecte des dizaines de milliers de familles de part et d'autre. En vertu du droit international humanitaire (DIH), les États parties à un conflit armé international sont tenus de l ibérer et de rapatrier tous les prisonniers de guerre dès la fin des hostilités actives. Entre août 1990 et mai 1993, le CICR a rapatrié plus de 80 000 prisonniers détenus par l'Iran et l'Irak.