• Envoyer
  • Imprimer

3. Situation des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge - Répondre aux défis d'un monde en rapide mutation

15-09-1995 Rapport

Extrait de « Renforcer la capacité à assister et à protéger les plus vulnérables; XXVIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge »

  Base juridique et statutaire des Sociétés nationales  

Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge jouissent d'une position sans équivalent dans leurs pays respectifs. L'article 2 des statuts du Mouvement dispose que: " Tout Etat encourage la création d'une Société nationale sur son territoire et en favorise le développement " ; plus loin, ce même article stipule que: " Les Etats respectent en tout temps l'adhésion de toutes les composantes du Mouvement aux Principes fondamentaux " . Cela signifie que chaque Société nationale doit être établie par un décret officiel du parlement ou par toute autre mesure gouvernementale, de manière à ce qu'elle puisse s'acquitter du rôle qui lui est imparti par les Conventions de Genève et par les statuts du Mouvement. De la sorte, le gouvernement reconnaît la Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge de son pays comme auxiliaire des pouvoirs publics dans le cadre de tâches humanitaires prédéfinies. Pour sa part, la Société nationale doit se doter de statuts aux termes desquels elle s'engage à remplir son mandat humanitaire par le biais d'une structure qui lui permette d'exercer ses fonctions à travers l'ensemble du territoire national et dans le respect des Principes fondamentaux.

Une fois qu'elle a été dûment établie dans son propre pays, toute Société de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge peut solliciter sa reconnaissance par le CICR et son admission au sein de la Fédération internationale. Pour être reconnue par le CICR, elle doit satisfaire aux dix conditions énoncées à l'article 4 des statuts du Mouvement (voir annexe 1), lesquelles ont pour but de garantir que toutes les Sociétés nationales sont établies sur des bases identiques. Une fois admise au sein de la Fédération internationale, elle est totalement intégrée à la structure du Mouvement.

La Commission conjointe du CICR et de la Fédération pour les statuts des Sociétés nationales joue un rôle important dans la préparation des nouvelles Sociétés nationales en vue de leur reconnaissance et de leur admission. Elle veille en outre à ce que les Sociétés nationales continuent de se conformer aux valeurs et principes du Mouvement lorsqu'elles amendent leurs propres statuts. On trouvera à l'annexe 2 le rapport de ladite Commission.

  Extension du réseau des Sociétés nationales  

Depuis la fondation des premières Sociétés nationales en 1860, leur réseau n'a cessé de s'étendre à un rythme soutenu, qui s'est encore accéléré ces deux dernières décennies. De 126 en 1980, leur nombre est passé à 148 en 1990, pour atteindre 163 en 1995. Si les prévisions actuelles se confirment, on dénombrera quelque 180 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à la fin du siècle.

L'extension de ce réseau est impressionnante à tous les égards. On estime qu'il regroupe aujourd'hui environ 128 millions de membres et de volontaires et 274 400 employés, pour un budget global chiffré en 1993 à 22 milliards de francs suisses, (18,3 milliards de dollars). Toutefois, ces chiffres recouvrent de grandes disparités. Les Sociétés nationales les plus développées sont celles des pays riches, alors que celles des pays où les besoins sont les plus aigus manquent souvent cruellement de moyens et de ressources et sont dans l'incapacité d'exploiter pleinement leur potentiel.

  Structures et principes  

Ce qui distingue les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge des autres organisations humanitaires, c'est qu'elles n'interviennent pas de l'extérieur ni uniquement en temps de crise, mais possèdent chacune un siège et une structure locale permanente qui leur permettent d'agir en tout temps dans leurs pays respectifs. Ensemble, elles constituent un réseau international dont l'action est coordonnée par la Fédération internationale ou par le CICR et qui permet de faire face à pratiquement tous les besoins, quelles que soient les circonstances. En tant qu'organisations volontaires nationales et auxiliaires de leurs gouvernements, les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge partagent l'expérience quotidienne des communautés auxquelles sont destinés leurs divers services et bénéficient ainsi d'une connaissance unique du contexte local, un atout crucial pour garantir la pertinence et l'efficacité des interventions d'urgence.

Un autre élément spécifique au Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge réside dans l'ensemble de valeurs uniques dont il s'inspire. Connues sous le nom de Principes fondamentaux, ces valeurs ont été éprouvées au cours du temps et ont démontré leur universalité, quels que soient les contextes culturels ou religieux.

En vertu du principe d'Humanité , le Mouvement s'efforce de prévenir et d'alléger en toutes circonstances les souffrances des hommes. Il tend à protéger la vie et la santé ainsi qu'à faire respecter la personne humaine . L'Impartialité signifie que son action est dictée uniquement par les besoins et qu'il ne fait aucune distinction de nationalité, de race, de religion, de condition sociale et d'appartenance politique . Conformément au principe de Neutralité , le Mouvement s'abstient de prendre part aux hostilités et [...] aux controverses d'ordre politique, racial, religieux et idéologique , de façon à garder la confiance de tous . Son indépendance constitue une condition vitale, car les Sociétés nationales, auxiliaires des pouvoirs publics dans leurs activités humanitaires , doivent conserver une autonomie qui leur permette d'agir toujours selon les principes du Mouvement . Le principe de l'Unité comporte qu'il ne peut y avoir qu'une seule Société nationale dans un même pays et qu'elle doit être ouverte à tous et étendre son action humanitaire au territoire entier . L'action du Mouvement repose sur le volontariat et ne peut être dictée par la recherche du profit. Son universalité s'exprime par l'intermédiaire d'un réseau mondial de Sociétés nationales, qui toutes ont des droits égaux et le devoir de s'entraider .

Ces Principes fondamentaux sont partagés par quelque 128 millions de membres, volontaires et employés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à travers le monde entier et s'illustrent quotidiennement dans les services offerts à la collectivité. Leur stricte application est essentielle au maintien de la confiance dont jouit le Mouvement p armi le public.

  Le Plan de travail stratégique de la Fédération pour les années quatre-vingt-dix  

Pour se donner les moyens de faire face aux défis de plus en plus complexes d'un monde en constante mutation, la Fédération internationale décida à la fin des années 80 de revoir en profondeur sa stratégie. Cette démarche a abouti à la formulation du Plan de travail relatif à la stratégie pour les années quatre-vingt-dix , qui constitue aujourd'hui le cadre de référence de la politique de l'organisation. Outil du changement, il établit les priorités d'action des Sociétés membres de la Fédération et de son Secrétariat à Genève.

Plus connu sous le nom simplifié de Plan de travail stratégique, ce document définit un grand défi auquel devraient être consacrés tous les efforts collectifs de la Fédération: " améliorer la condition des plus vulnérables " . A cette fin, il énonce quatre buts principaux tenant lieu d'orientation stratégique:

  •   Respect accru de la dignité humaine et des valeurs humanitaires  

  •   Meilleure aptitude à affronter les crises  

  •   Des capacités accrues pour l'existence quotidienne des collectivités vulnérables  

  •   Une Fédération plus forte  

Le premier de ces buts traduit la détermination de la Fédération internationale et de ses Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge membres de promouvoir dans toutes leurs activités et parmi ses volontaires et employés un respect accru de la dignité humaine et des valeurs humanitaires. Un tel engagement est indispensable face à certaines des tendances exposées à la section 2 du présent document.

Le deuxième but vise à améliorer la capacité de la Fédération à prévoir, prévenir, combattre et atténuer les effets des catastrophes. Dans le cadre de cet effort, la Fédération internationale et ses Sociétés membres travaillent en étroite coopération avec les communautés vulnérables, y compris les réfugiés et les populations déplacées, afin de bien comprendre leur situation et de promouvoir une assistance conforme aux besoins de développement à long terme.

Le troisième but a pour objet d'améliorer les conditions d'existence des personnes et communautés les plus vulnérables en les aidant à s'attaquer aux racines de leurs problèmes. Une telle approche contribue non seulement à réduire leur vulnérabilité, mais aussi à leur rendre leur dignité.

" Travailler en tant que Fédération " est un concept clé du Plan de travail stratégique. L'idée en est d'appliquer une approche coordonnée à la mobilisation des capacités, des compétences et des ressources des Sociétés nationales membres, de manière à bâtir un outil d'action vér itablement universel. Une coopération internationale accrue et un soutien actif des gouvernements sont indispensables pour renforcer ce réseau et permettre son utilisation efficace au profit des plus vulnérables, en temps normal comme dans les situations de crise.

  Le rôle du CICR dans le soutien aux Sociétés nationales  

En tant qu'organisation principale responsable pour la diffusion du droit international humanitaire (DIH), le CICR aide les Sociétés nationales à développer des programmes de diffusion du DIH dans leurs pays respectifs et à former des responsables dans ce domaine.

A travers ses efforts en vue de promouvoir la connaissance et l'application des Principes fondamentaux, le CICR joue un rôle déterminant pour l'unité du Mouvement. Il coopère avec les Sociétés nationales pour les faire mieux connaître et comprendre et pour y faire adhérer les membres et volontaires, ainsi que pour en promouvoir le respect à l'extérieur du Mouvement.

Le CICR aide également les Sociétés nationales à se préparer à agir en cas de conflit armé et il fournit un soutien aux Sociétés en formation pour leur permettre de satisfaire aux conditions de reconnaissance. Pour atteindre ces objectifs, il met en place des programmes de coopération spécifiques et organise des cours de formation à l'intention des dirigeants des Sociétés nationales.