Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Irian Jaya: Le CICR entre en contact avec l'OPM

28-02-1996 Communiqué de presse 96/8

Depuis trois semaines, le CICR déploie ses bons offices en Irian Jaya, à la suite de l'enlèvement, le 8 janvier 1996, de ressortissants indonésiens et étrangers par l'" Organisation Papouasie Libre " (OPM). Lancée après que tout contact eut été rompu entre les autorités indonésiennes et les auteurs de l'enlèvement, cette mission se poursuit avec l'accord de toutes les parties concernées. Elle mobilise sur le terrain cinq délégués (dont le chef de la délégation régionale du CICR à Djakarta) qui, depuis le 9 février, se sont déplacés à Wamena. Ils disposent d'un hélicoptère civil pour mener à bien leur mission exploratoire. Afin d'expliciter et diffuser le plus largement possible la teneur de ses bons offices, le CICR a également utilisé le relais des émissions en langue bahasa indonesia de la BBC et de Radio-Australie. L'opération tend principalement à faciliter tout échange d'informations susceptibles de mettre en oeuvre une solution humanitaire à la prise d'otages. Elle vise aussi à rétablir le contact entre les douze personnes qui seraient encore détenues ( six Indonésiens, quatre Britanniques et deux Hollandais) et leurs familles.

  Prochaine visite médicale aux otages  

La semaine dernière, le CICR avait pu faciliter un premier échange de courrier adressé par les otages à leurs parents. Après d'autres prises de contact exploratoires avec des membres du groupe responsable de la prise d'otages, le chef de la délégation du CICR, Henry Fournier, a enfin pu rencontrer, les 25 et 2 6 février, deux des dirigeants locaux de l'OPM, Kelik Kwalik et Daniel Kogoya. Au cours de cette rencontre, une deuxième série de messages a été transmise au CICR pour envoi aux familles des otages. De son côté, le CICR a remis aux dirigeants locaux de l'OPM un lot de vêtements, de vivres et de médicaments à l'intention des douze personnes retenues dans la jungle.

Une visite médicale du CICR aux otages, prévue le 27 février, a dû être annulée pour des raisons logistiques. Elle devrait avoir lieu le 29 février.