Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Afghanistan : les mines l'héritage mortel

14-02-1996 Communiqué de presse 96/6

L'Afghanistan est un des pays du monde les plus infestés de mines. Toutes les factions et parties impliquées ces 15 dernières années dans le conflit afghan ont eu recours à ces engins. Le CICR a établi des statistiques comparatives montrant l'ampleur du problème des mines terrestres au cours des cinq dernières années. Selon des rapports médicaux, 1 606 patients (c'est-à-dire près de 20 %) parmi les 9 050 blessés de guerre qui ont été admis dans divers établissements médicaux en 1995 ont été victimes de mines. Ces chiffres sont incomplets, étant donné qu'ils ne tiennent pas compte des données de tous les hôpitaux afghans. De plus, comme beaucoup d'incidents ne sont pas signalés, le nombre total de victimes par mine (morts ou blessés) dans le pays est évalué à environ 4 000 pour la seule année 1995. Selon le Dr Chris Giannou du CICR, " malgré le nombre élevé de victimes de bombardements et de tirs d'obus de forte intensité dans les villes afghanes, le nombre de blessures par mine terrestre est remarquablement important par rapport au nombre total de blessures de guerre " .

Dans les tableaux du CICR sur l'évolution de la guerre des mines, la courbe des victimes de mines enregistre deux pics : l'un en 1992 et l'autre en 1995. Le premier correspond à un gros afflux de réfugiés rapatriés, dont beaucoup ont pénétré sans le savoir dans des zones infestées de mines en rentrant chez eux. Le second correspond à une recrudescence des combats entre le gouvernement de Kaboul et le mouvement taliban. Ces combats se sont traduits par un emploi répandu des mines dans la ville même de Kaboul, faisant de nombreuses victimes, tant parmi les combattants que dans la population civile.

Des rapports établis par le personnel infirmier du CICR sur le terrain signalent que durant les combats qui ont fait rage aux alentours de la ville de Herat, dans l'ouest du pays, au début de 1995, des centaines de personnes ont été blessées et " dans près de la moitié des cas, les blessures étaient causées par des mines " .

Ce sont des chiffres comme ceux-là qui ont incité le CICR à lancer la campagne mondiale actuelle demandant l'interdiction totale des mines terrestres.