• Envoyer
  • Imprimer

5. Développement des Sociétés nationales - Renforcer la confiance et les capacités

15-09-1995 Rapport

Extrait de « Renforcer la capacité à assister et à protéger les plus vulnérables; XXVIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge »

  Nouveaux défis  

Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constituent pour le Mouvement l'instrument qui lui permettra d'atteindre ses objectifs de développement -- réduire la vulnérabilité des communautés et des individus et renforcer leur capacité à surmonter les catastrophes et autres crises. Bien qu'elles comptent souvent parmi les organisations volontaires les plus actives et les mieux établies de leur pays, nombre de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se heurtent actuellement à d'énormes défis et cherchent de nouvelles voies pour faire face à la rapide évolution du monde qui les entoure. Cela s'applique aussi bien aux Sociétés des pays nantis qu'à celles des nations en développement, quoique la nature des problèmes puisse varier.

Les nouveaux défis auxquels sont confrontées les Sociétés nationales portent notamment sur les points suivants:

  • comment ajuster les structures administratives et les programmes existants en fonction des réalités nouvelles et de l'évolution des modes de financement, pour ce qui concerne notamment la réduction des dépenses publiques dans les domaines sanitaire et social;

  • comment élaborer des programmes adaptés aux besoins de nouvelles catégories de personnes vulnérables, comme les pauvres des agglomérations urbaines, les toxicomanes, les chômeurs de longue durée, les malades du sida, etc.;

  • comment clarifier leur relation avec les gouvernements, s'agissant en particulier de la distribution des rôles vis-à-vis de leur responsabilité en tant qu'auxiliaires des pouvoirs publics;

  • comment réagir à l'émergence dans de nombreuses régions du monde de nouvelles organisations bénévoles et établir avec elles des mécanismes de coopération propres à garantir une action commune efficace;

  • comment rationaliser leur structure administrative de manière à pouvoir s'adapter aux tendances nouvelles -- y compris en matière de financement -- tout en assurant pleinement l'application des Principes fondamentaux du Mouvement;

  • comment préserver l'effectif des volontaires compte tenu de l'absence de sécurité sociale et économique dont pâtissent également ces derniers, et comment recruter de nouveaux volontaires provenant de milieux non traditionnels;

  • comment innover en matière de promotion du droit international humanitaire et des Principes fondamentaux du Mouvement, et comment contribuer à limiter et à prévenir les sources de conflits dans leurs pays respectifs;

  • comment faire en sorte que la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge continuent de jouir d'une image positive et d'une grande notoriété au sein de la population, et comment promouvoir un respect accru de l'emblème.

  Les leçons de l'expérience  

La Fédération internationale a acquis au cours des 10 à 15 dernières années une compréhension approfondie des conditions nécessaires à l'efficacité des programmes, en termes notamment des capacités opérationnelles et administratives des Sociétés nationales à s'adapter au changement. Diverses études et évaluations ont été conduites durant cette période dans toutes les régions du monde, afin de s'assurer d'un bagage d'expérience adéquat pour élaborer des systèmes et approches nouveaux.

Une récente étude de la Fédération a porté sur 32 Sociétés nationales d'Amérique latine et des Caraïbes. Bien qu'elle n'englobe qu'un seul continent, elle fournit un bon aperçu de nombreux problèmes qui concernent l'ensemble des Sociétés nationales. Ses principales recommandations visent à garantir l'adéquation des orientations et programmes aux besoins des communautés les plus vulnérables des pays concernés et à promouvoir des structures flexibles et participatives, où prévale le principe de responsabilité. D'autres attirent l'attention sur la nécessité de mettre en place une base financière solide et des systèmes de planification efficaces, ainsi que d'améliorer l'image publique des Sociétés nationales. (Voir: Les défis du développement humain -- L'avenir de la Croix-Rouge en Amérique latine et dans les Caraïbes , Fédération, 1993.) Une précédente étude -- " Le rapport Tansley " -- couvrant l'ensemble du Mouvement avait déjà débouché sur des conclusions similaires. (Voir: Réévaluer le rôle de la Croix-Rouge , 1975.)

  Etablir des normes communes  

Toutes les grandes études portant sur le fonctionnement des Sociétés nationales concluent à la nécessité de promouvoir un développement intégré des programmes et des capacités institutionnelles. Les programmes destinés à assister les membres les plus démunis et les plus vulnérables de la communauté ne peuvent être planifiés ni exécutés de manière efficace s'il n'existe pas une structure administrative adéquate pour en garantir le suivi et la durabilité.

C'est pourquoi la Fédération a formulé une série de critères visant à établir des normes de fonctionnement communes à l'ensemble des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Ils sont regroupés dans un document intitulé "Les caractéristiques d'une Société nationale qui fonctionne bien" , dont on trouvera le texte à l'annexe 3. Partant des conditions de reconnaissance des Sociétés nationales, ce document énonce à l'intention de ces dernières et de leurs gouvernements des directives et recommandations de base réparties en trois sections -- fondation, aptitude, rendement -- correspondant grosso modo aux buts, aux moyens et aux résultats.

La fondation d'une Société nationale se définit par sa mission -- autrement dit, par son objet et ses buts, lesquels sont déterminés à la fois par les Principes fondamentaux du Mouvement et par les conditions spécifiques à son pays. Il recouvre également la condition juridique de la Société nationale et son assise , c'est-à-dire, d'une part, ses statuts et la loi ou le décret officiel attestant de sa reconnaissance par le gouvernement, et, d'autre part, sa composition et son extension territoriale.

Les statuts sont le do cument fondamental de la Société nationale; ils établissent ses objectifs, les droits et devoirs de ses membres, ainsi que sa composition et les procédures d'élection ou de désignation de ses organes statutaires et de ses dirigeants. La Commission conjointe CICR/Fédération chargée des statuts des Sociétés nationales fournit à ces dernières des conseils lorsqu'elles révisent leurs Statuts. Le travail de cette Commission est consigné dans le rapport ci-joint (Voir Annexe II).

  L'aptitude de la Société nationale constitue le principal élément permettant de juger de son bon fonctionnement, lequel dépend en premier lieu de la pertinence et de la qualité de sa direction (conseil, comité exécutif, cadres, etc.). Très importantes également sont les ressources humaines, financières et matérielles de la Société nationale, dont dépend la bonne exécution de sa mission. Une Société nationale a besoin enfin d'une organisation efficace, autrement dit, de structures, systèmes et procédures lui permettant de travailler comme un corps unifié et solidaire.

Le rendement de la Société nationale est déterminé par la nature de ses activités et par la manière dont celles-ci sont choisies et planifiées. Il dépend également de la pertinence de ces activités, c'est-à-dire de la contribution qu'elles apportent au défi de l'amélioration de la condition des plus vulnérables. Enfin, le rendement de la Société nationale se mesure par son efficacité , à savoir, par sa capacité à s'acquitter de sa mission, à contrôler ses activités et à en évaluer l'impact, ainsi qu'à procéder aux ad aptations nécessaires.

  Mise en pratique de la nouvelle approche  

Si toutes les composantes du Mouvement s'emploient en permanence à promouvoir le développement des programmes, la Fédération s'applique quant à elle tout particulièrement à favoriser le développement des capacités globales des Sociétés nationales. Dans cette perspective, elle a récemment élaboré deux approches nouvelles.

Le Manuel de développement institutionnel et ses cinq Guides d'application ont été conçus à l'intention des Sociétés nationales en s'appuyant sur les connaissances et expériences les plus élaborées en la matière, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Mouvement. La méthodologie repose sur le principe de l'auto-évaluation et comporte tous les éléments requis pour promouvoir le développement institutionnel des Sociétés nationales à travers un cycle de planification, d'exécution et d'analyse des résultats.

Plusieurs Sociétés nationales de différentes régions du monde, confrontées à des problèmes très divers, ont déjà entrepris un travail de développement institutionnel. Quoique encore très fraîches, ces expériences apparaissent très prometteuses.

Le Manuel de développement des ressources est un outil pratique destiné à aider les Sociétés nationales à renforcer leur propre base financière et à réduire ainsi leur dépendance vis-à-vis de l'assistance extérieure. Le Manuel présente des méthodes traditionnelles et novatrices de collecte de fonds et traite d'aspects tels que la planification et la budgétisation, la gestion financière, l'image de la Société nationale et les relations publiques, ou la mise en place de structures de développement d es ressources.

Des activités de formation au renforcement des capacités, couvrant le développement institutionnel aussi bien que celui des ressources, complétées par des initiatives de coopération dans certains domaines clés des programmes des Sociétés nationales, ont déjà été lancées dans différentes régions. Ces mesures représenteront à l'avenir une part croissante de l'effort déployé par la Fédération et par le CICR pour renforcer les capacités des Sociétés nationales.

  Contribution du CICR au développement des Sociétés nationales  

Depuis l'adoption en 1990 de sa politique pour le développement des Sociétés nationales, le CICR a considérablement renforcé ses programmes de coopération avec ces dernières.

En particulier, il s'est attaché à les aider à s'acquitter de leur mandat dans les situations de conflit armé. En 1990 également, il a publié un manuel intitulé " Guide des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour les activités en temps de conflit " , qui traite des tâches à accomplir dans ce contexte, y compris préventivement. Dans cette même perspective, le CICR s'est attaché à développer la coopération en matière de recherches de personnes, de diffusion, de formation aux premiers secours, d'utilisation de l'emblème, de sécurité du personnel des Sociétés nationales sur le terrain, de programmes médicaux et de secours et de télécommunications, pour ne citer que quelques exemples.

En outre, le CICR a renforcé son assistance aux Sociétés nationales en formation, de façon à ce qu'elles disposent d'une solide base institutionnelle et opérationnelle au moment de leur reconnaissance.