Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Sierra Leone : reprise de l'action à Freetown

18-02-1998 Communiqué de presse 98/07

Après avoir passé une semaine bloqués dans les locaux du CICR par les combats qui secouaient Freetown, les délégués ont repris leurs activités d'assistance à la population dès que les armes se sont tues, vendredi 13 février.

Les quelque 4 500 personnes qui avaient trouvé refuge dans l'enceinte du CICR ont commencé à retourner chez elles. Quant aux blessés, qui avaient été traités provisoirement dans les locaux de la délégation, ils ont été conduits à l'hôpital afin d'y recevoir les soins appropriés. Les délégués ont également fourni l'hôpital en médicaments, ainsi qu'en diesel pour permettre au générateur de fonctionner.

Une rotation de personnel a été effectuée ces derniers jours. Des délégués, dont un médecin, sont arrivés à Freetown pour participer à une évaluation des besoins de la population.

Les délégués constatent actuellement l'ampleur des dommages que les pillages et les combats ont causés aux entrepôts du CICR et font l'inventaire des ressources qui restent à leur disposition. Parallèlement, ils évaluent les besoins en médicaments et en nourriture dans diverses institutions (hôpitaux, orphelinats) qui ne peuvent pas faire face à la situation sans assistance. Par la suite, une fois que les habitants déplacés par les combats auront pu regagner leurs foyers, ils procéderont à une évaluation des groupes les plus vulnérables de la population en vue d'une assistance ponctuelle.

Dans la ville de Bo, au centre du pays, où les combats ont repris le 17 février, un délégué demeuré sur place avait pu organiser avec les volontaires de la Croix-Rouge de Sierra Leone le transfert des blessés vers les s tructures médicales et l'évacuation des corps vers les lieux d'ensevelissement avant la nouvelle flambée de violence.

Enfin, les délégués du CICR ont pris des contacts préliminaires avec les autorités concernées, à Freetown, en vue de pouvoir visiter les personnes arrêtées en raison des combats.