Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Guinée-Bissau : reprise des combats : la Croix-Rouge évacue les blessés

12-05-1999 Communiqué de presse 99/19

Les hostilités ont repris le 6 mai au soir à Bissau, entre forces gouvernementales du président Vieira et forces rebelles du général Mané, et ce pour la quatrième fois depuis la signature du premier cessez-le-feu, en août 1998. Le 7 mai, en milieu de journée et après de violents combats de rue, les forces «loyalistes» se sont rendues à la junte militaire du général Mané. Cette dernière confrontation à Bissau a fait au moins 80 morts et 180 blessés parmi les civils et les combattants.

Dès le début des combats, le CICR a remis à l'Hôpital Simao Mendes une assistance médicale d'urgence, soit huit assortiments de pansements permettant la prise en charge d'environ 320 blessés. Les 7 et 8 mai, les équipes de la Croix-Rouge de la Guinée-Bissau ont évacué une soixantaine de blessés, ainsi que 80 morts (dont les dépouilles de 55 civils, recueillies dans un bâtiment servant de refuge à des personnes déplacées, touché «par erreur» par deux obus). Parallèlement, une autre équipe de la Société nationale a entrepris de nettoyer l'hôpital pour décharger le personnel médical.

Alors que le calme revenait à Bissau, le CICR a entamé des démarches auprès des forces de la junte militaire et de l'ECOMOG, afin de visiter, en conformité avec son mandat et dans les plus brefs délais, les personnes arrêtées au cours des affrontements. Le 10 mai, l'ECOMOG a remis aux autorités bissau-guinéennes quelque 600 personnes (appartenant aux forces «loyalistes» et/ou ayant cherché refuge dans les camps de l'ECOMOG au moment d es combats). 78 prisonniers ont déjà été visités par le CICR depuis le début du conflit, en juin 1998.