Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Somalie : des semences pour les victimes des inondations

04-02-1998 Communiqué de presse 98/05

En raison des pluies torrentielles qui s'abattent sur la Somalie depuis octobre de l'année dernière, les habitants se sont retrouvés sans abri et pris au piège de l'eau. En outre, les inondations ont gravement affecté l'agriculture du pays, détruisant les jeunes cultures et empêchant par conséquent la moisson de décembre/janvier. De nombreux bakars  — silos à céréales traditionnels somaliens creusés dans le sol — ayant été inondés, on ne peut plus utiliser les graines imprégnées d'eau pour les semer ni les consommer. Plus de 80 000 tonnes de céréales auraient ainsi été perdues.

Après avoir envoyé des secours d'urgence aux victimes des inondations, le CICR a entamé en novembre la seconde phase de son opération avec un programme qui consiste à assurer la sécurité sur le plan alimentaire à moyen terme dans le sud de la Somalie. Grâce à ce programme, les paysans reçoivent des semences de remplacement qu'ils peuvent planter à temps pour la moisson de mars/avril. Tous les types de semences distribués par le CICR — principalement du maïs, du sorgho, des doliques et du sésame — sont des variétés indigènes.

Le programme devrait couvrir tout le sud de la Somalie (qui comprend les régions de Gedo, du Bas- et du Moyen-Juba, de Bakol, de Bay, de Hiran, du Bas- et du Moyen-Shebelle). Quarante-huit mille familles au moins devraient bénéficier de la distribution de plus de 600 tonnes de semences et plus de 2 000 tonnes de vivres (le CICR procède à des distributions familiales, chaque famille étant composée de cinq personnes en théorie). Si les paysans ont besoin de semences à planter, ils sont également confrontés à une grave pénurie de nourriture, et il a fallu prendre des mesures pour que les semences ne soient pas consommées immédiatement. Chaque famille reçoit donc 45 kg de vivres, 12 kg de semences, ainsi qu'un assortiment de semences de légumes (il s'agit d'un choix de semences de légumes avec un manuel sur la manière de les utiliser).

À ce jour, les distributions de semences sont terminées dans toutes les régions, à l'exception du Bas- et du Moyen-Juba. Le programme sera étendu à 12 000 autres familles de ces deux régions, dont les terres regorgent d'eau et ne peuvent toujours pas être ensemencées.

Pour faire face aux énormes problèmes logistiques que pose l'accès aux victimes, il a même fallu recourir à des chameaux, des charrettes tirées par des ânes et des bateaux pour acheminer les secours.