Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Algérie : précisions du CICR

21-07-1998 Communiqué de presse 98/28

Genève (CICR) - Suite aux déclarations faites, le 21 juillet 1998, par l'ambassadeur et représentant permanent de l'Algérie devant le Comité des droits de l'homme de l'ONU à Genève, telles que reportées par diverses agences de presse, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) précise ce qui suit.

Il est prévu que le directeur des opérations du CICR se rende à Alger, à une date qui n'est pas fixée, mais qui doit être établie d'entente entre le CICR et les autorités algériennes. Le but des entretiens est de discuter des conditions et des modalités nécessaires à une éventuelle reprise des activités du CICR en Algérie.

L'institution a en effet pu visiter un certain nombre de détenus en Algérie à la fin de 1991 et au printemps 1992. Ces visites ont été suspendues à la demande des autorités algériennes en juin 1992, suite à un désaccord à propos des modalités de visite (répétition des visites, accès à tous les détenus et à tous les lieux de détention, entretiens sans témoin avec les détenus choisis par le CICR).

Depuis juin 1992, le CICR n'a donc pas de présence permanente en Algérie. Cependant, il aborde régulièrement avec les autorités du pays la question de la reprise de ses activités humanitaires. Aucun accord n'a pu être trouvé à ce jour.

Par ailleurs, le CICR soutient depuis 1994 certains programmes du Croissant-Rouge algérien en faveur de groupes vulnérables (fourniture de matériel scolaire, distributions de soupes populaires, organisation de camps de vacances pour les enfants affectés par la violence).