Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Appel du président du CICR pour une globalisation de la responsabilité face aux défis humanitaires, à l'ouverture de la 49e session du Comité Éxécutif du HCR

08-10-1998 Communiqué de presse 98/40

Le président du CICR, Cornelio Sommaruga, a participé en tant qu'invité d'honneur à l'ouverture de la 49e session du Comité exécutif du HCR, qui s'est tenue le 5 octobre à Genève. S'adressant aux représentants des 53 États membres, des pays observateurs et des organisations internationales, dans le cadre du débat sur le thème de cette année, « La solidarité internationale et le partage de la charge : responsabilités nationales, régionales et internationales en matière de réfugiés», M. Sommaruga a prononcé un vibrant plaidoyer en faveur d'une « ... globalisation de la responsabilité vis-à-vis des problèmes humanitaires [qui ] doit se développer dans le sens d'une solidarité partagée qui ne dilue pas les responsabilités premières des États mais au contraire les stimule et les renforce de par les attentes et les réponses conjuguées des autres facteurs de pouvoir de la société moderne ».

Ensuite, le président a rappelé les principes qui sous-tendent le droit international humanitaire, le droit des réfugiés et le droit international des droits de l'homme : ces trois branches du droit reposent sur des normes éthiques de solidarité qui constituent un patrimoine commun de l'humanité. Il a également déclaré que si les normes et les principes du droit international humanitaire étaient respectés, une grande partie des déplacements de population provoqués par les conflits armés pourrait être évitée. Ce droit s'applique d'ailleurs aussi aux réfugiés, aux déplacés internes et aux rapatriés en tant que civils menacés par les hostilités .

Quant à la coordination entre le CICR et le HCR sur le terrain, le président a relevé que quand des risques de chevauchement se présentent, comme au Kosovo, en Colombie ou au Sri Lanka, des discussions franches entre les deux institutions permettent généralement de clarifier la question de la répartition des responsabilités : elles recherchent la meilleure complémentarité possible qui tienne compte de leurs spécificités et de leurs compétences respectives.

Enfin, M. Sommaruga a réitéré la volonté du CICR de continuer à développer son action humanitaire indépendante pour avoir accès à toutes les personnes affectées par les situations de conflit armé, y compris les déplacés internes. Il a en outre salué l'aboutissement des travaux d'élaboration des « Principes directeurs relatifs au déplacement de personnes à l'intérieur de leur propre pays », présentés par Francis M. Deng à la 54e session de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies.