• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR et la Convention de Genève

07-02-2005

Deux ans après la publication du livre de Henry Dunant, intitulé Un souvenir de Solferino, la création du CICR et l’adoption de la Première Convention de Genève ont montré que la vision de Dunant devenait réalité.

Dans son livre, Dunant formulait deux propositions visant à atténuer les souffrances des soldats blessés. Il préconisait, d’une part, la création, dans chaque pays, d’une « Société de secours » qui interviendrait en tant qu’auxiliaire des services de santé des armées et, d’autre part, l’établissement de normes juridiques en vertu desquelles les armées seraient tenues de soigner tous les blessés, quel que soit leur camp. Depuis lors, la Croix-Rouge et le droit international humanitaire se sont développés de manière parallèle.
 
À Genève, la Société d’Utilité publique a formé un Comité chargé d’étudier la manière de faire aboutir les idées de Dunant. Outre Henry Dunant (son secrétaire), le Comité comprenait le général Guillaume-Henri Dufour, le juriste Gustave Moynier et deux médecins, Louis Appia et Théodore Maunoir. Le Comité a tenu sa première réunion le 17 février 1863.
 
En octobre de la même année, le Comité – qui allait prendre le nom de Comité international de la Croix-Rouge – a organisé une Conférence, à laquelle gouvernements, organisations et personnalités éminentes étaient conviés. Son action a conduit directement à la création des premières Sociétés nationales de secours, dont les membres devaient être munis d’un brassard portant une croix rouge sur fond blanc.
 
À la demande insistante du Comité de Genève, le gouvernement suisse a convoqué, en août 1864, une Conférence diplomatique officielle qui a abouti à l’adoption de la Convention de Genève pour l’amélioration du sort des blessés et des malades dans les forces armées en campagne .
 
Ainsi, en un temps relativement bref, des mesures avaient été prises pour mettre en œuvre l’une et l’autre des propositions de Dunant. Quand la Première Guerre mondiale a éclaté, en 1914, le CICR avait acquis une expérience sur le terrain et la Convention de Genève avait été adaptée de manière à couvrir la guerre maritime...
 
 Voir aussi :
   


Photos

Tableau de la signature de la Convention de Genève de 1864. Peinture d'Armand Dumaresq.  

Tableau de la signature de la Convention de Genève de 1864. Peinture d'Armand Dumaresq.
© CICR / hist-d-00026