Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Rwanda : retrouvailles après une séparation de cinq ans

10-06-1999 Communiqué de presse 99/23

La grand-mère lève les bras au ciel à plusieurs reprises, comme si l'émotion lui interdisait tout recours à la parole. Elle vient de retrouver, après cinq ans de séparation, ses deux petits-enfants: Vincent, 12 ans, et sa sœur Furaha, 13 ans. Les enfants avaient fui leur village situé dans la commune de Kanombe, près de Kigali, en 1994. Partis avec d'autres membres adultes de la famille vers ce qui était encore le Zaïre, ils ont pu sauver leur vie, contrairement à leurs parents.

L'arrivée des deux véhicules du CICR provoque un attroupement. C'est un vrai spectacle dans ce coin reculé de Kigali rural, et les rires de bonheur fusent. Furaha danse quasiment de joie en étreignant les membres de sa famille, avec un large sourire. Vincent, lui, est plus réservé. Il se contente de serrer les mains, les yeux baissés.

Les deux enfants avaient été hébergés pendant des mois dans un centre à Goma, en République démocratique du Congo. À l'instar de nombreux autres enfants et adolescents, ils ont attendu que vienne le jour qui mettrait fin à cinq ans de séparation d'avec leur famille et qui leur permettrait de retrouver leur lieu de naissance. Cinq ans de péripéties qui, au gré des événements secouant la région, leur avaient fait perdre tout contact avec leur famille en exil. Enfin, le 3 juin, ils ont été transférés de Goma à Kigali par l'avion du CICR.

«La grand-mère est très émue, elle ne sait pas comment nous remercier», souffle Ibrahim, un responsable rwandais de l'Agence de recherches du CICR à la sous-délégation de Kigali-Est. Après quelques signatures sur les documents officiels, les délégués du CICR quittent la mai son de Vincent et Furaha, laissant le groupe à ses effusions. D'autres enfants attendent dans les voitures d'être ramenés à leur famille. Des familles composées le plus souvent d'oncles, de tantes, de frères et de sœurs, les parents directs – père et mère – ayant été victimes du génocide.

Le regroupement des «enfants non accompagnés» avec leur parenté est l'une des activités principales du CICR au Rwanda. Plus de 110 collaborateurs rwandais y travaillent à plein temps. Il y a actuellement quelque 6300 enfants au Rwanda et près d'un millier d'autres hors du pays dans l'attente de retrouver leur famille. Depuis 1994, quelque 63000 enfants ont déjà été réunis avec leurs proches, dont plus de 15000 grâce au CICR.