Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Fédération de Russie / Tchétchénie : le CICR appelle toutes les parties à respecter une trêve

10-08-1996 Communiqué de presse 96/25

Genève (CICR) - Vivement préoccupé par les souffrances qu'endure la population civile à Grozny, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) appelle toutes les parties à garantir la sécurité nécessaire à ses délégués pour leur permettre d'évacuer les blessés et d'acheminer l'assistance humanitaire.

Au cinquième jour des combats, 11 délégués du CICR sont présents à Grozny. Le bureau du CICR, arborant l'emblème de la croix rouge jusqu'alors respecté par les parties, a donné refuge à 120 civils fuyant les combats, dont 36 enfants. Par ailleurs, une distribution d'eau a pu être faite devant le bureau, pour ravitailler la population civile du quartier.

Selon les informations reçues par les délégués sur place, de nombreux blessés ne peuvent être traités par manque de médicaments et d'accès aux hôpitaux. Plus d'une centaine de blessés actuellement à l'hôpital No. 9 auraient incessamment besoin d'assistance. Il semblerait également que l'hôpital No. 4 ne soit plus opérationnel.

Le CICR désire pouvoir acheminer de l'aide humanitaire (assistance médicale, nourriture et eau) destinée aux hôpitaux et à la population civile, soit depuis son bureau de Grozny, soit depuis l'extérieur.

Les garanties de sécurité nécessaires à cette opération afin d'assurer la voie d'accès aux hôpitaux sont:

- une trêve, qui peut être localisée;

- l'absence de mines sur le trajet à emprunter;

- le respect de l'emblème de la croix rouge et de tous ceux qu'il protège.

D'autre part, le 9 août, une équipe CICR partie de Khasavyurt (Daghestan) a réussi à atteindre la ville de Goudermes. De l'assistance médicale pour les blessés a été apportée à l'hôpital

No. 2 de Goudermes et trois blessés graves ont été transférés par le CICR à l'hôpital central de Khasavyurt.