Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Somalie : la communauté locale relève un nouveau défi

31-05-2000 Communiqué de presse 00/20

L'hôpital de Medina, qui a été le plus grand de Somalie, a rouvert ses portes à Mogadishu-Sud le 28 mai après être resté sans fonctionner pendant près de huit ans. Il était appelé Police Hospital avant l'effondrement du régime de Siad Barre en 1991. Des tentatives antérieures visant à remettre l'établissement en fonctionnement ont échoué. L'année dernière toutefois, des médecins locaux ont demandé au CICR de mener une étude de faisabilité sur l'avenir de l'hôpital. Partant de là, le CICR a décidé de réparer les bâtiments et soutient maintenant l'unité chirurgicale de 55 lits où sont soignés les blessés de guerre. Mais c'est la communauté locale qui, en fait, est responsable de la gestion de l'hôpital. Les administrateurs sont désignés par des chefs communautaires. Ils établissent le budget, récoltent des fonds et mènent les programmes de recouvrement des frais. Le CICR est seulement l'un des donateurs et prodigue ses conseils en matière de formation et de planification des budgets. Les chefs locaux sont également responsables du maintien de la sécurité autour des bâtiments.

Une partie du personnel du nouvel hôpital a été formé à l'hôpital Keysaney de Mogadishu-Nord – installé à la suite de violents combats entre factions rivales en 1992 – qui est maintenant géré par le Croissant-Rouge de Somalie et entièrement soutenu par le CICR. Il reste le principal hôpital chirurgical régional dans le sud de la Somalie.