Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Côte d'Ivoire : un festival culturel contre les abus de la guerre

19-08-1999 Communiqué de presse 99/34

«Si la guerre est l'expression de l'incompréhension entre les peuples, il n'en demeure pas moins qu'elle concerne tous les humains», chante d'une voix émouvante l'artiste ivoirienne Ano Mira devant la foule rassemblée dans le grand Théâtre de verdure de la mairie d'Abidjan. C'est à l'occasion du 50e anniversaire des Conventions de Genève que le CICR et la Croix-Rouge de Côte d'Ivoire y ont organisé, du 12 au 14 août, un festival culturel en partenariat avec la ville d'Abidjan.

Les manifestations ont commencé dans l'après-midi du 12 août avec une conférence de presse conjointe du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (CICR, Croix-Rouge de Côte d'Ivoire, Fédération) et du ministère de la Justice, qui assure la présidence de la Commission interministérielle nationale pour la mise en œuvre du droit international humanitaire. Le directeur du département de la législation, représentant le ministre de la Justice, a réaffirmé que le gouvernement ivoirien appuyait les efforts de la Croix-Rouge dans la promotion du droit humanitaire et s'est félicité de voir la Côte d'Ivoire vibrer au rythme des concerts proposés dans le cadre du festival.

Le vendredi 13 et le samedi 14 août, les 50 meilleurs groupes et artistes de Côte d'Ivoire se sont succédé sur la scène du Théâtre de verdure pour deux spectacles non-stop de musique, de danse, de théâtre et d'humour. De plus, sept peintres sont venus exposer leurs œuvres aux côtés de photos présentées à l'occasion de l'exposition sur la campagne du CICR «Les voix de la guerre». De nombreux stands d'information, d'animation et (bien sûr) de gastronomie ivoiri enne ont donné une touche de véritable fête foraine à cette manifestation de sensibilisation sur les limites de la guerre qui a attiré plus de 5000spectateurs.

«C'est formidable, toutes les stars du showbiz ivoirien se sont associées à nous de manière complètement bénévole», s'est exclamée Elina Salo, déléguée administratrice du CICR à Abidjan, «et tous ont essayé de faire passer le message du droit humanitaire.» Certains auraient néanmoins préféré que les guerres cessent complètement. Ainsi le célèbre comique Adama Dahico a-t-il annoncé qu'il fallait une fois pour toutes «faire une croix (rouge) sur le mot guerre ».