Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Afghanistan : secours par monts et par vaux

12-02-1997 Communiqué de presse 97/06

Déplacées, dispersées, et isolées... Les victimes du conflit afghan apparaissent, en cet hiver 1997, plus démunies que jamais. Les récents combats de Charikar et Jabal-Saraj, au nord de Kaboul, ont jeté des milliers de civils sur des routes enneigées. Le plus souvent, l'accès de ces populations à la nourriture et aux soins médicaux reste problématique. Les 3 et 4 février, pour la seconde fois en six mois, le CICR a dû assurer par voie aérienne l'approvisionnement d'urgence des quelques structures hospitalières que compte la vallée du Panshir. Simultanément, il organisait, à dos d'âne, un convoi de nourriture, de vêtements et de couvertures à l'intention d'un groupe de 1 500 personnes bloquées par la neige sur le versant nord-ouest de la chaîne du Hindou-Kouch. Comme beaucoup d'autres civils déplacés, ces personnes avaient fui la ligne de front du Salang, à 80 km au nord de Kaboul, pour gagner la ville de Pul-I-Khumri, dans la province de Baghlan.

Présent à Pul-I-Khumri, le CICR y poursuit actuellement des distributions de nourriture au bénéfice d'environ 6 000 personnes chassées de leur foyer par les derniers affrontements entre les forces gouvernementales taliban et les unités de la coalition d'opposition. Mais d'autres besoins se font jour au fil des missions d'évaluation qu'effectuent les délégués dans la province de Baghlan. Ainsi, au nord du Salang, de la nourriture et du bois de chauffage ont été fournis à un groupe de 2 400 civils déplacés - composé pour la moitié d'amputés. De même, à Dare Kayan, un autre groupe de 1 500 personnes, comprenant de nombreux enfants, a temporairement été pris en charge.

Ces opérations ponctuelles s'ajoutent à l'assistance alimentaire que le CICR fournit régulièrement aux populations déshéritées de Kaboul (210 000 personnes) ainsi qu'aux civils déplacés de la région de Bamyan (4 600) et de Ghazni (1 800), villes situées respectivement à l'ouest et au sud-ouest de la capitale. À noter enfin que le CICR vient de procéder, durant la période du ramadan, à la distribution d'une tonne de dattes destinées aux 2 000 détenus auxquels il a accès sur l'ensemble du territoire afghan.