• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR, 1939-45 : les prisonniers allemands aux mains des Alliés

06-04-1998

Les prisonniers de guerre allemands n'étaient pas nombreux au début de la guerre. Le débarquement en Normandie changea les choses.

Durant les premières années de la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande est victorieuse et les prisonniers allemands aux mains des Alliés sont peu nombreux.

     
©ICRC/Réf. hist-3237/33 
   
France 1944-48. Voves, camp de prisonniers de guerre allemands. 
         
 

Suite au débarquement des Alliés en Normandie, puis à leur avance des Alliés en Allemagne, le nombre des militaires allemands capturés croît considérablement.

La capitulation de l'Allemagne, le 8 mai 1945, entraîne la capture de millions d'hommes de l'armée allemande qui ne peuv ent plus compter sur l'assistance de leur gouvernement ni sur celle de leurs familles, elles-mêmes dans une misère profonde. L'opinion publique des vainqueurs considère qu'ils n'ont que le sort qu'ils méritent et le CICR se retrouve pratiquement seul à intervenir en leur faveur. 

Le CICR entreprend des démarches auprès des autorités des quatre zones d'occupation et, à partir de l'automne 1945, il obtient l'autorisation d'envoyer des secours et des délégués dans les zones française et britannique ; le 4 février 1946 le CICR est autorisé à faire parvenir des secours en zone américaine et, à partir du 13 avril 1946, il reçoit l'autorisation d'étendre son action à la zone soviétique.

Toutefois, les quantités reçues par le CICR pour ces captifs restent très modestes. Au cours de leurs visites, les délégués constatent que les prisonniers de guerre allemands sont souvent détenus dans des conditions effroyables; ils attirent l'attention des autorités détentrices sur ce fait et obtiennent peu à peu certaines améliorations.