Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Conférence de signature du traité et Forum d'action contre les mines : le défi de l'avenir

03-12-1997 Communiqué de presse 97/34

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Cornelio Sommaruga, a salué aujourd'hui à Ottawa, capitale du Canada, devant les représentants de plus de 150 États, l'ouverture à la signature du traité d'Ottawa interdisant les mines antipersonnel comme une " victoire remportée sur la cruauté et l'indifférence pour la cause des valeurs humanitaires " . Ayant démontré par la conclusion de ce traité qu'il est possible d'agir avec détermination en faveur de l'humanité, la communauté internationale assume " une responsabilité solennelle : celle de se demander pourquoi cela arrive si rarement, " a-t-il ajouté.

Si l'interdiction d'employer des mines permet d'éviter des morts et des mutilations, les gouvernements du monde doivent maintenant se préparer pour la longue route qui les attend. Comme le président Sommaruga l'a rappelé aux délégués, les gouvernements ont en effet de redoutables défis à relever tels que le déminage et la nécessité de fournir une assistance appropriée à toutes les victimes de mines.

Le président du CICR a par ailleurs saisi cette occasion pour demander aux États de s'attaquer au problème de la facilité de se procurer des armes, qui constitue un sujet d'urgente préoccupation sur le plan international. " Les mines terrestres nous ont permis d'apprendre qu'il est à la fois plus facile et plus rapide de distribuer des armes que d'enseigner les principes du droit humanitaire à ceux qui les possèdent. [... ] Si nous ne tirons pas les enseignements de nos erreurs, nous sommes condamnés à les commettre à nouveau. "

Le CICR et l'ensemble du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge participent activement, depuis 1994, à l'élan en faveur d'une interdiction totale des mines antipersonnel ; ils ont pour cela mené des campagnes de sensibilisation publique et encouragé les milieux diplomatiques et militaires à soutenir leurs efforts. Ces efforts se poursuivront en vue d'obtenir une acceptation universelle du traité, de coordonner et d'améliorer les soins aux victimes et d'étendre les programmes de prévention contre les dangers des mines.