Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

République fédérale de Yougoslavie : intensification de l'action du CICR

21-09-2000 Communiqué de presse 00/36

Le CICR a dû intensifier son action en Serbie car les membres les plus vulnérables de la société connaissent des difficultés croissantes en raison de la dégradation à la fois de la situation économique et des infrastructures de base, notamment le système d’approvisionnement en eau.

En août, 5 000 repas chauds supplémentaires ont été servis chaque jour dans le cadre du programme de soupes populaires que le CICR gère conjointement avec la Croix-Rouge yougoslave et plusieurs Sociétés nationales de la Croix-Rouge étrangères pour répondre aux besoins grandissants de la population. Cela porte à 70 000 le nombre des personnes qui viennent collecter ce qui, pour la plupart d’entre elles, sera le seul vrai repas de la journée. Des rations sèches sont en outre distribuées, en Serbie et au Monténégro, à 32 000 autres personnes qui ne peuvent pas se rendre aux points de distribution.

Selon le personnel local de la Croix-Rouge, qui a assisté récemment à un séminaire organisé par le CICR et la Croix-Rouge yougoslave pour évaluer le programme, celui-ci permet non seulement de répondre à un besoin vital mais aussi d’apporter un soutien psychologique immense à des gens qui sont très inquiets parce qu’ils ne savent pas comment ils survivront à l’hiver. Plus de 18 millions de repas ont été préparés dans 115 soupes populaires et servis dans plus de 300 points de distribution depuis que le programme a été lancé, il y a environ un an.

À la demande pressante des services des eaux, le CICR a aussi fourni des pièces détachées et du matériel de chloration. En effet, la détérioration progressive des systèmes d’approvisionnement en eau – exacerbée par la sécheresse de l’été – a fini par aboutir à la quasi-dislocation de nombreux réseaux, surtout dans le sud de la Serbie. Cela signifie qu’une pénurie d’eau potable menace en permanence la population locale et les personnes déplacées hébergées dans des abris provisoires collectifs. Dans le village de Rutevac, dans la municipalité d’Aleksinac, par exemple, une école n’a pu rouvrir ses portes que parce que le chlorinateur donné par le CICR a immédiatement éliminé le risque que les enfants ne tombent malades. 

Dans l’appel renouvelé qu’il a lancé la semaine dernière aux donateurs, le CICR a indiqué que son action en République fédérale de Yougoslavie était l’une de ses 12 opérations dont le budget était le plus sous-doté.