Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se félicite de la signature du traité d'Ottawa par 121 États

05-12-1997 Communiqué de presse 97/35

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont accueilli avec enthousiasme la signature à Ottawa (Canada), par 121 États, de la Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction. Le président du CICR, Cornelio Sommaruga, s'est déclaré " absolument enchanté " de ce résultat. " Nous pouvons être optimistes maintenant : si cet élan se poursuit, l'adhésion à la Convention pourrait bientôt être universelle et nous pourrons alors entrevoir la fin du fléau des mines terrestres. Nous ferons tout notre possible pour que cela devienne une réalité. "

La Convention entrera officiellement en vigueur lorsque 40 États signataires l'auront ratifiée. Les États parties au traité disposeront alors de quatre ans pour détruire les stocks existants et de dix ans pour enlever du sol toutes les mines antipersonnel déjà mises en place. Toutefois, jusqu'à ce que le traité soient entièrement mis en application, des milliers de personnes seront encore tuées ou mutilées par ces armes. " Nous devons remettre l'accent sur les victimes. Il faudra assurer une assistance à vie aux victimes de mines et à leurs communautés, et cela représentera un défi important pour la communauté internationale pendant les décennies à venir " , a déclaré Astrid Noklebye Heiberg, présidente de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Le traité d'Ottawa encourage spécifiquement les États à fournir une assistance accrue aux victimes de mines par le biais d'instances telles que le Mouvement internation al de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Une réunion à laquelle participeront le CICR, la Fédération internationale et les Sociétés nationales intéressées aura lieu à Phnom Penh (Cambodge) en février 1998, afin de définir une stratégie future en matière d'assistance aux victimes.

La Conférence d'Ottawa a également adopté un plan d'action pour les mois et les années à venir. Ce plan comprend les projets annoncés par le CICR : convoquer, en 1998, des conférences internationales sur la coordination de l'assistance aux victimes de mines et sur la prévention contre les dangers des mines, ainsi que tenir des séminaires régionaux en Europe centrale et orientale ainsi qu'en Asie de l'Est et du Sud pour promouvoir l'adhésion au Traité.