Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Trois collaborateurs du CICR sont portés disparus dans le nord de la Géorgie

06-08-2000 Communiqué de presse 00/29

Genève (CICR) – Deux déléguées du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Sophia Procofieff, de nationalité française, et Natascia Zullino, de nationalité italienne, ainsi que leur collègue géorgien Yuri Darchiyev, qui conduisait leur véhicule, ne sont pas rentrés au bureau de la délégation du CICR à Tbilissi, la capitale géorgienne, le vendredi soir, 4 août, comme prévu.

Jeudi, tous les trois s'étaient rendus en mission dans la vallée de Pankisi, située près de la frontière tchétchène. Après avoir passé la nuit à Ahmeta, à 200 km de Tbilissi par la route, ils sont repartis pour la vallée le vendredi matin, en direction du village de Douissi afin d'organiser le transport de 15 enfants vers un camp d'été de la Croix-Rouge de Géorgie à Kobouleti, sur la mer Noire. C'est à Douissi qu'on les auraient vus pour la dernière fois.

N'ayant eu aucun contact radio le vendredi soir, le bureau du CICR à Tbilissi a immédiatement prévenu les autorités géorgiennes et a envoyé le samedi matin une équipe de délégués à Ahmeta.

Le samedi soir, les autorités géorgiennes ont informé le CICR que le véhicule avait été retrouvé abandonné dans la vallée.

Des contacts étroits sont maintenus en Géorgie avec d'autres organisations humanitaires actives dans la vallée de Pankisi, en particulier avec le HCR et MSF. Une cellule de crise a été mise en place au siège du CICR, à Genève.

La délégation du CICR à Tbilissi coopère avec les autorités géorgiennes pour coordonner les efforts entrepris dans le but de savoir ce qui s'est passé et assurer la sécurité des trois membres du personnel. De plus, le CICR a mobilisé ses délégations dans les pays voisins et ailleurs pour essayer de recueillir des informations pertinentes auprès des personnes qui connaissent bien le contexte.

Sophia Procofieff, qui arrivait à la fin de son contrat en Géorgie, devait en outre présenter Natascia Zullino, sa remplaçante, à son réseau de contacts de travail parmi les autorités locales et les représentants des réfugiés dans la vallée.

La vallée de Pankisi, dont la population appartient au même groupe ethnique que les Tchétchènes, abrite actuellement quelque 6 500 réfugiés de la Tchétchénie voisine, la plupart vivant dans des familles d'accueil ou chez des parents. Au cours de cette année, les activités du CICR dans la région ont essentiellement porté sur les travaux d'assainissement ainsi que sur la remise en état et l'installation de réseaux de distribution d'eau potable. L'institution a également offert ses services habituels de recherche de personnes aux familles dispersées par la guerre.

À ce jour, le CICR compte 38 délégués et 269 collaborateurs locaux qui travaillent en dehors de Tbilissi, Zougdidi et Soukhoumi.