Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Mines terrestres : l'Afrique sur la voie d'une interdiction des mines antipersonnel

22-05-1997 Communiqué de presse 97/19

Les représentants de plus de quarante États africains se sont réunis cette semaine à Johannesburg, à l'occasion de la Conférence pour une Afrique exempte de mines : l'OUA et l'héritage des mines antipersonnel. Cette conférence, qui s'est tenue du 19 au 21 mai, a abordé trois aspects du problème des mines en Afrique : les politiques gouvernementales — notamment en ce qui concerne l'interdiction mondiale des mines antipersonnel — le déminage et l'assistance aux victimes. Le CICR est intervenu en séance plénière et dans les groupes de travail, et a notamment présenté un rapport sur les conclusions du séminaire régional sur les mines qu'il a organisé le mois dernier à Harare.

En guise de première étape symbolique sur la voie d'une Afrique exempte de mines terrestres, le ministre sud-africain de la Défense, Joe Modise, a fait exploser 4 700 mines antipersonnel sur la base militaire d'Alkantpan, dans la province du Cap-Nord, le dernier jour de la conférence. L'Afrique du Sud a annoncé qu'elle aura détruit pour la fin de l'année les 186 000 mines qui composent son stock actuel.