Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Maroc/Sahara occidental: 201 prisonniers marocains libérés et rapatriés

14-12-2000 Communiqué de presse 00/46

Genève (CICR) — Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a rapatrié, aujourd'hui 14 décembre, 201 prisonniers marocains libérés par le Front Polisario. Accompagnés d'une équipe du CICR, ils ont quitté Tindouf (Algérie) à bord d'un avion affrété par l'institution et ont été remis aux autorités marocaines à la base d'Inezgane, près d'Agadir. Au préalable, les délégués du CICR s'étaient entretenus avec chacun des prisonniers, afin de s'assurer qu'ils étaient rapatriés de leur plein gré. Tous ont pu emporter avec eux leurs effets personnels.

Le président du CICR, Jakob Kellenberger, s'est rendu à Tindouf le même jour, en compagnie du chef des opérations pour la région, Werner Kaspar. La libération et le rapatriement interviennent trois semaines après les discussions que M. Kellenberger avait eues avec le secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, dans la région de Tindouf, en marge de sa visite officielle en Algérie. Les entretiens avec les autorités algériennes, notamment avec le président Abdelaziz Bouteflika qui a soutenu les efforts du CICR, portaient également sur le sort des prisonniers marocains.

Le CICR se félicite de la libération de ces 201 personnes, pour la plupart âgés et malades. Il reste en même temps sensible au sort des 1481 prisonniers marocains qui demeurent en captivité, et considère ce rapatriement comme une étape vers la libération de tous les prisonniers.

Les délégués du CICR visitent ces prisonniers deux fois par année; leur dernière visite a eu lieu en novembre. Les délégués apportent notamment une assistance médicale à ces personnes et assurent le maintien des liens familiaux à travers les messages Croix-Rouge. En février 2000, le CICR avait rapatrié 186 prisonniers libérés par le Front Polisario.

Au cours de son passage à Tindouf, le président du CICR a exprimé le souhait qu'une solution soit trouvée, afin de permettre de régler tous les problèmes des réfugiés sahraouis en exil depuis de nombreuses années, ainsi que ceux des familles qui restent sans nouvelles de leurs proches disparus au combat.

 

  Voir la video  

 
Version Windows media    

Version QuickTime    

Pour décharger QuicktTime player