Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Le CICR poursuivra ses activités en Afghanistan

20-12-2000 Communiqué de presse 00/47

Genève (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a décidé de maintenir tout son personnel en Afghanistan et de poursuivre ses activités dans le pays. Cette décision a été prise à la suite de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 19 décembre, relative à de nouvelles sanctions contre les taliban, et après une évaluation approfondie des conditions de sécurité.

Deux décennies de guerre ont entraîné l'effondrement des infrastructures en Afghanistan, notamment des services sociaux et de santé, ce qui a contraint la population à vivre dans des conditions extrêmement précaires. La lutte pour la survie que mène la population afghane a été rendue plus difficile encore par la grave sécheresse qui a récemment frappé la région.

Travaillant en étroite coopération avec ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le CICR soutient des services essentiels dans le pays, tels que des établissement médicaux, des réseaux d'assainissement et des systèmes d'approvisionnement en eau. Il aide également les habitants à survivre en améliorant la production agricole et en assistant les groupes vulnérables, par exemple les personnes qui ont dû fuir leurs foyers en raison des combats. Les centres d'appareillage orthopédique du CICR assurent des services à d'innombrables personnes handicapées, dont un grand nombre sont des victimes de mines. En outre, le CICR s'efforce de protéger les personnes détenues en relation avec le conflit, en accordant une attention particulière aux besoins des mineurs et des femmes incarcérés. Une soixantaine d'expatriés et plus de 1000collaborateurs locaux travaillent pour le CICR dans les sept bureaux dont il dispose en Afghanistan.

Le CICR maintient des contacts permanents avec toutes les autorités compétentes du pays quant à la situation en matière de sécurité. Avant que la résolution des Nations Unies concernant de nouvelles sanctions ne soit adoptée, il avait reçu des autorités des assurances selon lesquelles toutes les mesures nécessaires seraient prises pour garantir la sécurité du personnel du CICR, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du Croissant-Rouge afghan, et pour faire respecter leurs opérations.