Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Update 00/01 sur les activités du CICR en Algérie

07-12-2000

  Au milieu de l'année 1999, le CICR a commencé à visiter les personnes détenues en Algérie et a accru son appui aux activités du Croissant-Rouge algérien en faveur des femmes et des enfants traumatisés par la violence qui règne dans le pays. La récente visite effectuée par le président du CICR, qui a rencontré à cette occasion le président Abdelaziz Bouteflika et le président du Croissant-Rouge algérien, a confirmé la volonté de toutes les parties de consolider le dialogue et la coopération.  

  I. Un dialogue constructif entre le président Bouteflika et le président du CICR  

Lors de son entretien avec le président algérien, le 19novembre, le président du CICR, Jakob Kellenberger, s'est déclaré satisfait de la manière dont avaient progressé les visites aux personnes détenues en Algérie, et souligné le caractère constructif du dialogue humanitaire entre le CICR et les autorités du pays. Il a fait part des conclusions et recommandations préliminaires du CICR sur les conditions de détention et le traitement des détenus dans les prisons administrées par le ministère de la Justice. Au cours de sa visite, M.Kellenberger a aussi discuté des activités du CICR, en Algérie et ailleurs dans le monde, avec le Premier ministre et les ministres des Affaires étrangères, de la Justice, de la Santé et de la Solidarité nationale.

Le président du CICR a visité en outre des camps de réfugiés sahraouis et des camps hébergeant des prisonniers marocains près de Tindouf. Il a ensuite été reçu par le secrétaire général du Front Polisario, M.Mohamed Abdel aziz, avec qui il a évoqué la question des 1682 Marocains toujours détenus par ce mouvement. M.Kellenberger s'est déclaré déçu par le refus du Front Polisario de libérer et de rapatrier ces prisonniers, dont la plupart vivent en captivité depuis plus de vingt ans. M.Abdelaziz a néanmoins confirmé les accords qui autorisent le CICR à visiter régulièrement les prisonniers et à les aider à rester en contact avec leurs familles.

Par ailleurs, le président du CICR a eu des conversations approfondies avec le nouveau président du Croissant-Rouge algérien, ce qui a confirmé le désir des deux institutions de poursuivre leurs projets de coopération.

     

     

  II. Poursuite des visites du CICR aux détenus  

Le 15novembre, le CICR a communiqué aux autorités algériennes un premier rapport de synthèse sur ses visites dans les établissements pénitentiaires du pays. Ce document porte sur les trois premières séries de visites dans les centres administrés par le ministère de la Justice, effectuées à l'automne 1999, puis au printemps et à l'automne 2000, dans le cadre d'un accord conclu avec les autorités en juin 1999. Au cours de la troisième série de visites, qui se sont déroulées du 24 septembre au 15 octobre 2000, le CICR s'est attaché principalement à vérifier le traitement et les conditions de détention endurés par les détenus depuis leur arrestation, en interrogeant des personnes récemment transférées des centres de détention de la police ou de l'armée, ainsi qu'à revoir un certain nombre d'établissements qu'il avait déjà visités. Au total, les délégués du CICR ont visité 23 lieux de détention et se sont entretenus sans témoin avec 1183 détenus. Le rapport résume leurs observations et formul e des recommandations à l'intention des autorités. Il examine aussi dans les grandes lignes la possibilité de poursuivre et d'étendre les activités du CICR en faveur des détenus en Algérie.

     

     

  III. Renforcement de la coopération avec le Croissant-Rouge algérien  

Le CICR soutient depuis de nombreuses années les activités du Croissant-Rouge algérien, mais cet appui était jusqu'alors ponctuel (par exemple, programmes d'assistance aux familles dans le besoin pendant le Ramadan, camps d'été pour les enfants défavorisés). L'objectif du CICR d'améliorer qualitativement et quantitativement cette coopération a été atteint en 1999, avec le lancement de projets de coopération dans deux nouveaux domaines: d'une part, la réadaptation psychosociale des femmes et des enfants traumatisés, et d'autre part, le renforcement de la capacité opérationnelle du Croissant-Rouge algérien, notamment en matière de premiers secours, de communication et de diffusion du droit international humanitaire.

Mis sur pied en mai 1999 puis officialisés par quatre accords de coopération en novembre suivant, ces nouveaux programmes ont progressé de manière régulière et constructive au cours des derniers mois. La collaboration a été progressivement intensifiée et étendue à d'autres activités, en particulier à mesure que d'autres composantes du Mouvement ont apporté leur appui.

Le CICR encourage une coordination étroite et l’échange d’informations entre les différentes composantes du Mouvement, qui pourront ainsi répondre de manière cohérente et efficace aux besoins des personnes les plus vulnérables.

     

  1. Réadaptation psychologique des victimes de la violence  

Depuis juin 1999, le CICR soutient des programmes de réadaptation psychologique destinés aux femmes et aux enfants victimes de violences. Ces programmes sont gérés par le Croissant-Rouge algérien, en collaboration avec les ministères de la Santé et du Travail. Le CICR fournit un financement, ainsi que des équipements et du matériel, et offre les services d'un pédopsychiatre, qui apporte des conseils en matière de formation du personnel et de prise en charge des victimes.

Les bénéficiaires visés sont quelque 4400 enfants, 600 femmes et 240 professionnels des secteurs médical et paramédical.

  (i) Programmes de réadaptation pour les enfants traumatisés  

Le CICR a atteint les objectifs fixés pour 1999-2000, à savoir:

  • soutenir le premier séminaire national sur la prise en charge des enfants traumatisés par la violence, organisé par le Croissant-Rouge algérien à Alger, du 20 au 24juin. Ce séminaire a réuni 50 participants, principalement des psychologues et d'autres spécialistes travaillant dans ce domaine (psychiatres, pédiatres), ainsi que des représentants de différentes associations. Ce fut pour eux l'occasion de confronter leurs expériences et de faire connaître leurs besoins, notamment en matière de formation. Tous les exposés donnés pendant le séminaire ont été résumés dans une brochure publiée en français et en arabe en novembre 2000;

  • soutenir les deux premiers volets d'un cycle de formation composé de quatre séminaires régionaux et organisé par le Croissant-Rouge algérien à l'intention de 50 psychologues. L'un de ces séminaires s'est tenu dans l'est de l'Algérie (Skikda, 8 et 9 novembre 2000) et l'autre dans l'ouest (Tiaret, 15 et 16 novembre 2000);

  • financer la publication d'une brochure d'information destinée aux professionnels qui s'occupent des enfants victimes de la violence;

  • fournir du matériel psychopédagogique à 70 centres du ministère du Travail qui prennent en charge 4000 enfants, et en équiper 20 autres, gérés par le ministère de la Santé, au profit de 400 enfants;

  • couvrir les besoins en articles de papeterie et autres fournitures de base de ces deux catégories de centres;

  • financer des camps d'été pour 250 enfants issus des groupes les plus pauvres de la société algérienne ou traumatisés par la violence; ces derniers étaient accompagnés par les éducateurs et les psychologues qui les suivent régulièrement.

     

  (ii) Programmes de réadaptation pour les femmes victimes de la violence  

     

En 1999-2000, le CICR a financé la mise en place de huit ateliers de couture et de broderie (coût par atelier: CHF 40000), qui permettront à 400 femmes d'apprendre à coudre et à broder. On estime que 20% des femmes qui participent aux ateliers soutenus par le CICR ont été directement victimes de la violence. Les délégués du CICR ont visité quatre des ateliers et ont été impressionnés par l’enthousiasme des participants –bénéficiaires, enseignants, branches de la Société nationale et autorités locales. Tous ont souligné la nécessité de créer davantage d'ateliers de ce genre. À mesure qu'il sera étendu, le programme comportera des activités visant à promouvoir la formation des femmes da ns différents domaines et fera intervenir des psychologues. Après avoir procédé à une première évaluation, la psychiatre du CICR a conclu qu'il était plus bénéfique pour les femmes victimes de la violence de pouvoir côtoyer des femmes n'ayant pas vécu le même traumatisme qu'elles.

La Croix-Rouge néerlandaise s'est engagée à financer deux ateliers spécialement destinés aux femmes dans le besoin, par le biais de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

  (iii) Soutien en 2001 aux femmes et aux enfants victimes de la violence  

Le CICR soutiendra les initiatives entreprises par le Croissant-Rouge algérien et les ministères concernés en vue de former le personnel qui s'occupe des femmes et des enfants traumatisés par la violence. Notamment, il apportera un appui financier et des conseils spécialisés à deux séminaires régionaux dans le nord et dans le sud de l'Algérie, qui clôtureront le premier cycle de formation organisé par la Société nationale, ainsi qu’à un deuxième séminaire national destiné à 100 psychologues des quatre régions du pays.

Le CICR aidera également à équiper cinq nouveaux ateliers pour femmes dans les zones touchées par la violence, pour un coût total de CHF200000, et continuera de fournir un soutien matériel aux différents ateliers déjà en place, ainsi qu'aux centres spécialisés dans la prise en charge des enfants.

Le Croissant-Rouge algérien a constitué un comité de coordination avec des représentants des ministères concernés et un réseau de psychologues. Ceux-ci ont servi de base à la création d'un comité pédagogique qui aura pour mission d’assurer, par le biais de visites de surveillance, le suivi psychologique des femmes victimes de la violence qui participent aux ateliers de la Société nationale, d’organiser des séminaires de for mation, et d’élaborer un annuaire des professionnels qui s'occupent des enfants victimes de la violence. En 2001, le CICR soutiendra les activités de ce comité pédagogique en organisant une formation spécialisée à l'intention de ses membres.

  2. Renforcement de la capacité opérationnelle du Croissant-Rouge algérien  

Le deuxième domaine de coopération entre le CICR et le Croissant-Rouge algérien concerne le renforcement des capacités de ce dernier en matière de préparation aux situations d'urgence, de promotion et de diffusion du droit international humanitaire, et de communication.

  (i) Premiers secours  

Pour améliorer sa préparation aux situations d'urgence, le Croissant-Rouge algérien centre actuellement ses efforts sur les premiers secours. Les efforts portent sur 28000 volontaires de la Société nationale, dont 10000 secouristes qui interviennent dans les 48 comités de district ( wilaya ) et dans les 228 comités locaux participant à la préparation aux situations d'urgence.

Cette initiative est caractérisée par une étroite collaboration entre le Croissant-Rouge algérien, le CICR, la Fédération internationale et les Sociétés nationales participantes.

  • Le programme a été lancé en septembre 1999, après qu'une évaluation eut été effectuée par un délégué de la Croix-Rouge suédoise spécialisé en premiers secours. En avril 2000, la Croix-Rouge suédoise a choisi du matériel de premiers secours, financé par le CICR, et l'a envoyé aux 48 comités de district et aux huit centres de formation participant au programme (48 trousses de premiers secours, 48 nécessaires à oxygène, 194 civières pliantes, etc.). Ce matériel est venu compléter celui qui avait été fourni en 1999 (outils audiovisuels) aux mêmes structures.

  • Entre février et mai 2000, le CICR a parrainé les visites d'étude de huit formateurs en premiers secours du Croissant-Rouge algérien auprès de trois Sociétés nationales participantes (Croix-Rouge française, Croix-Rouge de Belgique et Croix-Rouge suisse).

  • Le temps fort de la coopération en 2000 a été le premier séminaire national de formation. Tenu à Alger les 19 et 20novembre à l’intention de 144 formateurs en premiers secours du Croissant-Rouge algérien, il a accueilli également des représentants de la Fédération internationale, de la Croix-Rouge de Belgique et des ministères concernés. À la suite de cette réunion, la Société nationale a instauré des niveaux de formation et un programme de formation officiels. Le brevet de secouriste sera également normalisé de manière à être reconnu dans tout le pays. Le président du CICR a assisté à la cérémonie de clôture du séminaire. Dans son allocution, il a insisté sur la nécessité de favoriser une coopération et une coordination étroites entre les différentes composantes du Mouvement qui soutiennent les activités de premiers secours du Croissant-Rouge algérien.

  En 2001  

Avec le soutien financier, matériel et technique du CICR, et en coopération avec la Fédération internationale, le Croissant-Rouge algérien prévoit de:

  • tenir, dans huit centres de formation répartis à travers le pays, des stages de formation décentralisés pour 48 formateurs en premiers secours, en vue de permettre à 960 secouristes d'acquérir des connaissances de base et de travailler dans les 48 équipes d'intervention d'urgence créées à cette fin;

  • publier deux manuels de formation aux premiers secours, l'un pour les formateurs et l'autre pour les volontaires.

Ce progra mme sera progressivement transféré du CICR à la Fédération internationale, une fois que celle-ci aura reçu le financement nécessaire.

  (ii) Diffusion du droit international humanitaire et communication  

Le CICR participe aux frais de fonctionnement du service d'information et à l'équipement du centre de documentation du Croissant-Rouge algérien, afin d’en renforcer les capacités dans ce domaine.

En 2000, le CICR a fourni des documents et des outils audiovisuels sur des sujets liés au droit international humanitaire; il a également participé à la publication d'un bulletin mensuel visant à promouvoir les activités du Croissant-Rouge algérien, ainsi qu'à l'élaboration du site Web de la Société nationale.

  En 2001 , avec le soutien du CICR, le Croissant-Rouge algérien prévoit de:

  • former un spécialiste en diffusion du droit international humanitaire pour chacun de ses 48 comités de district;

  • tenir en février un colloque national sur le droit international humanitaire;

  • produire 12 émissions radiophoniques visant à promouvoir les activités et les principes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

     

     

  IV. Projet d’appareillage orthopédique  

En 2001, le CICR entreprendra une évaluation en vue de cerner les moyens de soutenir le centre d'appareillage orthopédique de Ben Aknoun, à Alger, en le faisant bénéficier des techniques de l’institution dans ce domaine. Ce centre équipera de prothèses ou d’orthèses les réfugiés s ahraouis et les Algériens ayant subi une amputation à cause de la violence.

     

     

  V. Sahara occidental  

Le CICR est de plus en plus préoccupé par la situation dramatique des 1682 Marocains détenus au Sahara occidental, dont certains se trouvent en captivité depuis 25 ans. Lors des visites qu'il effectue deux fois par an, le CICR s'efforce de dispenser sur place aux prisonniers des soins médicaux spécialisés et ne ménage pas ses efforts pour obtenir leur libération et leur rapatriement sans condition, conformément au droit humanitaire.

La deuxième visite du CICR, effectuée par un médecin et deux délégués, s'est achevée le 23 novembre.